XALKORI (crizotinib) Posologie Et Mode D’administration

Medical Information
Canada
 

Afin de vous fournir un contenu utile et pertinent, nous devons en apprendre plus sur vous.

Choisissez la catégorie qui vous décrit le mieux.

This content is intended for Canadian Healthcare Professionals. Would you like to proceed?

Posologie recommandée et réglage posologique

La dose recommandée de XALKORI (crizotinib) est de 250 mg 2 fois par jour par la voie orale, avec ou sans nourriture. Il convient de poursuivre le traitement tant que le patient en retire des bienfaits cliniques. Les capsules doivent être avalées entières.

La dose initiale recommandée de XALKORI en présence d’une insuffisance hépatique modérée (bilirubinémie totale > 1,5 × LSN mais ≤ 3 × LSN, quel que soit le taux d’ASAT) est de 200 mg 2 fois par jour. La dose initiale recommandée en présence d’une insuffisance hépatique sévère (bilirubinémie totale > 3 × LSN, quel que soit le taux d’ASAT) est de 250 mg 1 fois par jour.

La dose initiale de XALKORI doit être de 250 mg 1 fois par jour chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (CLcr < 30 mL/min) ne nécessitant pas de dialyse péritonéale ou d’hémodialyse.

L’emploi concomitant d’inhibiteurs puissants de la CYP3A, tel le kétoconazole, doit être évité (voir INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES et MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE).

L’emploi concomitant d’inducteurs puissants de la CYP3A, telle la rifampine, doit être évité (voir INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES et MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE).

Dose oubliée

Si le patient saute une dose de XALKORI, il doit la prendre le plus tôt possible après avoir constaté l’oubli. Cependant, il ne doit pas la prendre s’il reste moins de 6 heures avant la prochaine dose. Il ne doit pas non plus doubler la dose pour compenser l’oubli.

Modification de la dose

Une réduction de la dose ou une interruption du traitement peut s’avérer nécessaire pour des raisons d’innocuité ou de tolérabilité.

Chez les patients traités par XALKORI à 250 mg 2 fois par jour par voie orale, il est recommandé de réduire la dose comme suit :

  • Première diminution de la dose : XALKORI à 200 mg 2 fois par jour par voie orale.
  • Deuxième diminution de la dose : XALKORI à 250 mg 1 fois par jour par voie orale.
  • Cesser définitivement le traitement si le patient est incapable de tolérer XALKORI à 250 mg 1 fois par jour par voie orale.

Les lignes directrices relatives à la modification de la dose en cas d’effet toxique hématologique ou non hématologique sont présentées aux tableaux 6 et 7. Pour une modification de la dose chez les patients traités par XALKORI à moins de 250 mg 2 fois par jour, suivre les recommandations des tableaux 6 et 7 en conséquence

Tableau 6. Modification de la dose de XALKORI – Effets toxiques hématologiquesa
a.
À l’exception de la lymphopénie (sauf si elle est associée à des manifestations cliniques, comme une infection opportuniste).
b.
Critères Common Terminology Criteria for Adverse Events du National Cancer Institute.
c.
En cas de récidive, cesser le traitement jusqu’à ce que l’anomalie soit de grade ≤ 2 ou que la situation soit redevenue normale, puis reprendre le traitement à raison de 250 mg 1 fois par jour par voie orale. Cesser définitivement le traitement en cas de récidive d’un effet de grade 4.
d.
Pour les patients traités par la dose de 250 mg 1 fois par jour ou ceux dont la dose a été réduite à 250 mg 1 fois par jour, mettre fin au traitement durant l’évaluation.

Grade selon les critères CTCAEb

Schéma posologique de XALKORI

Grade 3

Cesser le traitement jusqu’à ce que l’anomalie soit de grade ≤ 2, puis le reprendre selon le même schéma posologique

Grade 4

Cesser le traitement jusqu’à ce que l’anomalie soit de grade ≤ 2, puis le reprendre à la dose inférieure la plus proche c,d

Tableau 7. Modification de la dose de XALKORI – Effets toxiques non hématologiques
 
ms = millisecondes
a.
Critères Common Terminology Criteria for Adverse Events du National Cancer Institute.
b.
En cas de récidive, cesser le traitement jusqu’à ce que l’anomalie soit de grade < 1 ou que la situation soit redevenue normale, puis reprendre le traitement à raison de 250 mg 1 fois par jour par voie orale. Cesser définitivement le traitement en cas de récidive d’un effet de grade 3 ou 4.
c.
Pour les patients traités par la dose de 250 mg 1 fois par jour ou ceux dont la dose a été réduite à 250 mg 1 fois par jour, mettre fin au traitement durant l’évaluation.
d.
En l’absence d’évolution du CPNPC, d’autre type de pneumopathie, d’infection ou d’effet des radiations.
e.
Fréquence cardiaque inférieure à 60 battements par minute.
f.
Cesser définitivement le traitement pour éviter toute récidive.

Grade selon les critères CTCAEa

Schéma posologique de XALKORI

Hausse de grade 3 ou 4 de l’ALAT ou de l’ASAT, avec bilirubine totale de grade < 1

Cesser le traitement jusqu’à ce que l’anomalie soit de grade ≤ 1 ou que la situation soit redevenue normale, puis le reprendre à la dose inférieure la plus proche b,c

Hausse de grade 2, 3 ou 4 de l’ALAT ou de l’ASAT et de la bilirubine totale (en l’absence de cholostase ou d’hémolyse)

Cesser définitivement le traitement

Pneumopathie interstitielle/pneumonite, n’importe quel graded

Cesser définitivement le traitement

Prolongation de l’intervalle QTc de grade 3 (≥ 500 ms)

Cesser le traitement jusqu’à ce que l’effet toxique soit de grade < 1 (≤ 470 ms), puis le reprendre à la dose inférieure la plus proche b,c

Prolongation de l’intervalle QTc de grade 4

(≥ 500 ms [ou variation > 60 ms par rapport aux valeurs initiales] et torsades de pointes ou tachycardie ventriculaire polymorphe; ou signes/symptômes d’arythmie grave)

Cesser définitivement le traitement

Bradycardie de grade 2 ou 3e (symptomatique, peut-être sévère et importante sur le plan médical, intervention médicale indiquée)

Cesser le traitement jusqu’à ce que l’anomalie soit de grade ≤ 1 ou jusqu’à ce que la fréquence cardiaque soit d’au moins 60 battements/minute

Évaluer les médicaments administrés en concomitance reconnus pour causer une bradycardie, ainsi que les antihypertenseurs

Si un médicament contribuant à la bradycardie est repéré et que son administration est interrompue ou que la dose est modifiée, reprendre le traitement à la dose précédente dès que l’anomalie revient à un grade ≤ 1 ou dès que la fréquence cardiaque est d’au moins 60 battements par minute

Si aucun médicament contribuant à la bradycardie n’est repéré ou si l’administration de médicaments contribuant à la bradycardie n’est pas interrompue ou modifiée, reprendre le traitement à une dose réduite dès que l’anomalie revient à un grade ≤ 1 ou dès que la fréquence cardiaque est d’au moins 60 battements/minute

Bradycardie de grade 4e,f (conséquences pouvant mettre la vie en danger, intervention urgente indiquée)

Cesser définitivement le traitement si aucun médicament concomitant contribuant à la bradycardie n’est repéré

Si un médicament contribuant à la bradycardie est repéré et que son administration est interrompue ou que la dose est modifiée, reprendre le traitement à la dose de 250 mg, une fois par jour, dès que l’anomalie revient à un grade ≤ 1 ou dès que la fréquence cardiaque est d’au moins 60 battements par minute et surveiller fréquemment

Perte de vision de grade 4

Mettre fin au traitement durant l’évaluation d’une perte de vision sévère

Prolongation de l’intervalle QT

Si l’intervalle QTc est ≥ 500 ms (grade 3), il faut reporter l’administration de XALKORI jusqu’à ce qu’il s’abaisse à ≤ 470 ms (grade ≤ 1), puis reprendre le traitement à une dose réduite, soit 200 mg 2 fois par jour. Une interruption définitive du traitement par XALKORI est recommandée si la prolongation du QTc atteint le grade 4 (QTc ≥ 500 ms [ou variation > 60 ms par rapport aux valeurs initiales] et torsades de pointes ou tachycardie ventriculaire polymorphe; ou signes/symptômes d’arythmie grave). Les lectures automatisées de l’intervalle QTc peuvent être imprécises. Il faut envisager de consulter un cardiologue lors des évaluations de l’intervalle - QTcF afin de pouvoir prendre des décisions thérapeutiques éclairées. On doit mesurer l’intervalle QTcF à l’ECG avant le début du traitement par XALKORI, puis réaliser périodiquement des ECG pendant le traitement. L’hypocalcémie, l’hypokaliémie et l’hypomagnésémie doivent être maîtrisées avant l’administration de XALKORI. Par la suite, on doit surveiller périodiquement les taux sériques de calcium, de potassium et de magnésium en cours de traitement, particulièrement chez les patients présentant un risque d’anomalie électrolytique (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Populations particulières

Insuffisance hépatique
Le crizotinib est largement métabolisé dans le foie. Le traitement par XALKORI doit être administré avec prudence aux insuffisants hépatiques. D’après les résultats d’une étude clinique réalisée chez des personnes atteintes d’un cancer au stade avancé et de divers degrés d’insuffisance hépatique selon la classification du National Cancer Institute (NCI), aucun ajustement de la dose initiale de XALKORI n’est nécessaire en présence d’une insuffisance hépatique légère (taux d’ASAT > LSN et bilirubinémie totale ≤ LSN, ou bilirubinémie totale > LSN mais ≤ 1,5 × LSN, quel que soit le taux d’ASAT). La dose initiale recommandée en présence d’une insuffisance hépatique modérée (bilirubinémie totale > 1,5 × LSN mais ≤ 3 × LSN, quel que soit le taux d’ASAT) est de 200 mg 2 fois par jour. La dose initiale recommandée en présence d’une insuffisance hépatique sévère (bilirubinémie totale > 3 × LSN, quel que soit le taux d’ASAT) est de 250 mg 1 fois par jour (voir EFFETS INDÉSIRABLES et MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE, Populations particulières et états pathologiques, Insuffisance hépatique).

Insuffisance rénale
La dose initiale de XALKORI doit être réduite de 50 % (250 mg une fois par jour) chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (CLcr < 30 mL/min) ne nécessitant pas de dialyse péritonéale ou d’hémodialyse. Il n’est pas recommandé de régler la posologie initiale chez les patients atteints d’insuffisance rénale légère ou modérée (voir MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE, Populations particulières et états pathologiques, Insuffisance rénale).

On ne dispose d’aucune donnée sur les patients atteints d’insuffisance rénale sévère nécessitant une dialyse péritonéale ou une hémodialyse (CLcr < 30 mL/min) (voir Mises en garde et précautions importantes et MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE).