VYNDAQEL (capsules de tafamidis méglumine) Effets Indésirables

Medical Information
Canada
 

Afin de vous fournir un contenu utile et pertinent, nous devons en apprendre plus sur vous.

Choisissez la catégorie qui vous décrit le mieux.

This content is intended for Canadian Healthcare Professionals. Would you like to proceed?

Effets indésirables observés au cours des essais cliniques

Étant donné que les études cliniques sont menées dans des conditions très particulières, les taux des effets indésirables qui y sont observés peuvent ne pas refléter les taux observés dans la pratique courante et ne doivent pas être comparés à ceux observés dans le cadre des études cliniques portant sur un autre médicament. Les renseignements sur les effets indésirables qui sont tirés d’études cliniques s’avèrent utiles pour la détermination des effets indésirables liés aux médicaments et pour l’approximation des taux.

Les données provenant d’essais cliniques portent sur 377 patients atteints d’ATTR-CM et exposés à 20 mg ou à 80 mg (dose administrée sous forme de 4 capsules de 20 mg) de VYNDAQEL par jour pendant une durée moyenne de 24,5 mois (min.-max. : de 1 jour à 111 mois). La population à l’étude comprenait des patients adultes ayant reçu un diagnostic d’ATTR-CM et présentant au départ une atteinte cardiaque de classe I, II ou III selon la classification de la NYHA (New York Heart Association) dans les proportions suivantes, respectivement : 9,1 %, 61,4 % et 29,5 % dans l’ensemble des groupes tafamidis et 7,3 %, 57,1 % et 35,6 % dans le groupe placebo. L’âge moyen des patients était d’environ 75 ans (min.-max. : de 46 ans à 91 ans); > 90 % étaient des hommes et environ 82 % étaient de race blanche (voir Résultats de l’étude, Tableau 5 – Données démographiques et caractéristiques initiales des patients).

Les effets indésirables ont été évalués dans le cadre d’essais cliniques sur l’ATTR-CM traitée par VYNDAQEL, y compris un essai comparatif avec placebo de 30 mois mené auprès de patients ayant reçu un diagnostic d’ATTR-CM. La fréquence des effets indésirables chez les patients ayant reçu 20 mg (n = 88) ou 80 mg (n = 176; dose administrée sous forme de 4 capsules de 20 mg) de VYNDAQEL était comparable à celle obtenue avec le placebo (n = 177). Les effets indésirables toutes causes confondues signalés lors de l’étude clinique déterminante sont énumérés plus bas.

Une proportion comparable de patients traités par VYNDAQEL que de patients sous placebo ont abandonné l’étude en raison d’un effet indésirable lors de l’essai comparatif avec placebo de 30 mois mené chez des patients ayant reçu un diagnostic d’ATTR-CM [12 (6,8 %), 5 (5,7 %) et 11 (6,2 %) dans les groupes tafamidis méglumine à 80 mg, tafamidis méglumine à 20 mg et placebo, respectivement].

Les effets indésirables survenus pendant le traitement (EISPT) graves signalés le plus souvent dans les groupes tafamidis à 80 mg, tafamidis à 20 mg et placebo étaient l’aggravation de l’état (22,7 %, 23,9 % et 32,8 %), l’insuffisance cardiaque (19,3 %, 18,2 % et 22,6 %), l’insuffisance cardiaque congestive (11,9 %, 15,9 % et 17,5 %), l’insuffisance cardiaque aiguë (13,1 %, 4,5 % et 9,6 %), les chutes (5,1 %, 5,7 % et 2,8 %) et la syncope (3,4 %, 0 % et 5,6 %).
Les EISPT plus fréquents dans les groupes tafamidis à 80 mg et tafamidis à 20 mg que dans le groupe placebo (plus du double de la fréquence notée dans le groupe placebo et signalés par ≥ 4 patients) étaient la cystite (3,4 %, 2,3 % et 0 %), la sinusite (5,7 %, 5,7 % et 0,6 %), l’asthénie (10,2 %, 12,5 % et 6,2 %), les troubles de l’équilibre (8,5 %, 2,3 % et 1,1 %) et les cataractes (5,1 %, 3,4 % et 1,1 %).

Les EISPT signalés le plus souvent (fréquence ≥ 10 %) dans les groupes tafamidis à 80 mg et/ou tafamidis à 20 mg et dont le taux était plus élevé que dans le groupe placebo étaient les suivants : fibrillation auriculaire (19,9 %, 18,2 % et 18,6 %), insuffisance cardiaque (26,1 %, 34,1 % et 33,9 %), insuffisance cardiaque aiguë (13,6 %, 4,5 % et 9,6 %), insuffisance cardiaque congestive (12,5 %, 19,3 % et 18,6 %), asthénie (10,2 %, 12,5 % et 6,2 %), œdème périphérique (17,0 %, 19,3 % et 17,5 %), bronchite (11,9 %, 10,2 % et 10,7 %), pneumonie (13,1 %, 11,4 % et 9,6 %), chutes (24,4 %, 30,7 % et 23,2 %), spasmes musculaires (8,5 %, 11,4 % et 7,9 %), douleur aux extrémités (15,3 %, 6,8 % et 11,3 %), insomnie (11,4 %, 13,6 % et 12,4 %), hématurie (5,7 %, 11,4 % et 9,6 %), toux (11,9 %, 18,2 % et 16,9 %) et hypotension (10,8 %, 13,6 % et 10,7 %).

Une hypothyroïdie s’est produite chez 6,8 %, 5,7 % et 5,6 % respectivement des patients des groupes tafamidis à 80 mg, tafamidis à 20 mg et placebo.

Résultats anormaux aux analyses de laboratoire : données hématologiques, biologiques et autres données quantitatives

La fréquence des anomalies du taux de thyroxine (< 0,8 x limite inférieure de la normale [LIN]) était plus élevée dans le groupe tafamidis à 80 mg (29,7 %) que dans les groupes tafamidis à 20 mg (12,3 %) et placebo (4,5 %).

Aucun changement significatif sur le plan clinique n’a été observé quant aux concentrations de thyroxine libre ou de thyréostimuline, et aucun signe correspondant de dysfonctionnement thyroïdien n’a été observé dans l’analyse des effets indésirables survenus pendant le traitement (voir les cas d’hypothyroïdie sous EFFETS INDÉSIRABLES).

Le taux de cas de polynucléaires neutrophiles anormalement faibles (< 0,8 × LIN) était plus élevé dans les groupes tafamidis que dans le groupe placebo (1,9 % sous tafamidis à 80 mg, 1,2 % sous tafamidis à 20 mg et 0,6 % sous placebo).

Les résultats des épreuves d’exploration de la fonction hépatique étaient plus souvent anormaux dans le groupe tafamidis à 80 mg (3,4 %) que dans le groupe tafamidis à 20 mg (2,3 %) et le groupe placebo (1,1 %).