Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

SOLU-CORTEF (Succinate sodique d'hydrocortisone pour injection, USP) Interactions Médicamenteuses

Pfizer recognizes the public concern in relation to COVID-19, which continues to evolve. Click here to learn how we are responding.
Pfizer reconnaît les préoccupations du grand public concernant la situation liée à la COVID-19, qui continue d'évoluer. Cliquez ici pour savoir comment nous avons réagi.

Interactions Médicamenteuses

Aperçu

L’hydrocortisone est métabolisée par la 11β-hydroxystéroïde déshydrogénase de type 2 (11β-HSD2) et l’isoenzyme CYP3A4 du cytochrome P450. La CYP3A4 catalyse la 6β-hydroxylation des stéroïdes, réaction de phase I essentielle à la biotransformation des corticostéroïdes tant endogènes que synthétiques. De nombreuses molécules sont des substrats de la CYP3A4; certaines d’entre elles agissent sur la biotransformation des glucocorticoïdes par induction (régulation positive) ou inhibition de la CYP3A4.

Interactions médicament-médicament

INHIBITEURS DE LA CYP3A4 – Ils peuvent réduire la clairance hépatique et accroître la concentration plasmatique de l’hydrocortisone. En présence d’un inhibiteur de la CYP3A4, il se peut que la dose d’hydrocortisone doive être réduite pour éviter une toxicité stéroïdienne.

INDUCTEURS DE LA CYP3A4 – Ils peuvent augmenter la clairance hépatique et réduire la concentration plasmatique de l’hydrocortisone. En présence d’un inducteur de la CYP3A4, il se peut que la dose d’hydrocortisone doive être augmentée pour obtenir la réponse thérapeutique souhaitée.

SUBSTRATS DE LA CYP3A4 – En présence d’un autre substrat de la CYP3A4, la clairance hépatique de l’hydrocortisone peut être modifiée; la posologie doit donc être ajustée en conséquence. Il est possible que les effets indésirables de chacun des médicaments soient plus susceptibles de se manifester au cours d’une administration concomitante.

EFFETS NON TRIBUTAIRES DE LA CYP3A4 – D’autres effets et interactions observés durant le traitement par l’hydrocortisone sont décrits ci-dessous, au tableau 2.

Le tableau 2 énumère les médicaments qui peuvent interagir avec l’hydrocortisone.

Tableau 2. Interactions/effets importants associés à l’utilisation d’hydrocortisone

Classe ou type de médicament

- SUBSTANCE MÉDICAMENTEUSE

Interaction/effet

Antibiotique

- ISONIAZIDE

INHIBITEUR DE LA CYP3A4

La concentration sérique de l’isoniazide peut diminuer.

Antibiotique, antituberculeux

- RIFAMPINE

INDUCTEUR DE LA CYP3A4

Antibiotiques, macrolides

- ÉRYTHROMYCINE

- CLARITHROMYCINE

INHIBITEURS (et SUBSTRATS) de la CYP3A4

On a constaté que les antibiotiques de la famille des macrolides causent une diminution importante de la clairance des corticostéroïdes.

Anticoagulants (oraux)

L’effet des corticostéroïdes sur les anticoagulants oraux est variable. D’après certains rapports, l’effet des anticoagulants administrés en même temps que des corticostéroïdes peut être accentué ou réduit. Par conséquent, pour assurer l’effet anticoagulant désiré, il faut surveiller les indices de coagulation.

Anticonvulsivants

- CARBAMAZÉPINE

INDUCTEUR (et SUBSTRAT) de la CYP3A4

Anticonvulsivants, sédatifs, hypnotiques

- PHÉNYTOÏNE

- BARBITURIQUES

- PHÉNOBARBITAL

INDUCTEURS DE LA CYP3A4

Anticholinergiques

- AGENTS DE BLOCAGE NEUROMUSCULAIRE

Les corticostéroïdes peuvent modifier l’effet des anticholinergiques.

Des cas de myopathie aiguë ont été signalés lors de la prise concomitante de fortes doses de corticostéroïdes et d’anticholinergiques, entre autres des agents de blocage neuromusculaire (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Appareil locomoteur).

On a noté une suppression des effets de blocage neuromusculaire du pancuronium et du vécuronium chez des patients sous corticothérapie. On peut s’attendre à une telle interaction lors de l’utilisation de tout agent de blocage neuromusculaire agissant par antagonisme compétitif.

Inhibiteurs de la cholinestérase

Les stéroïdes peuvent réduire les effets des inhibiteurs de la cholinestérase en cas de myasthénie grave.

L’emploi concomitant d’un inhibiteur de la cholinestérase et d’un corticostéroïde peut provoquer une faiblesse sévère chez les patients souffrant de myasthénie grave. Lorsque cela est possible, il est conseillé d’interrompre l’administration de l’agent anticholinestérasique au moins 24 heures avant le début de la corticothérapie.

Antidiabétiques

Étant donné que les corticostéroïdes peuvent augmenter la glycémie, il peut être nécessaire d’ajuster la posologie des antidiabétiques.

Antiémétiques

- APRÉPITANT

- FOSAPRÉPITANT

INHIBITEURS (et SUBSTRATS) de la CYP3A4

Antifongiques

- ITRACONAZOLE

- KÉTOCONAZOLE

INHIBITEURS (et SUBSTRATS) de la CYP3A4

Il a été rapporté que le kétoconazole entraîne une diminution notable de la biotransformation de certains corticostéroïdes (pouvant atteindre 60 %); par conséquent, le risque d’effets indésirables associés aux corticostéroïdes devient plus important.

Antiviraux

- INHIBITEURS DE LA PROTÉASE DU VIH

INHIBITEURS (et SUBSTRATS) de la CYP3A4

1) Les inhibiteurs de la protéase, comme l’indinavir et le ritonavir, peuvent causer une augmentation des concentrations plasmatiques de corticostéroïdes.

2) Les corticostéroïdes peuvent induire la biotransformation des inhibiteurs de la protéase du VIH et, par conséquent, réduire la concentration plasmatique de ces derniers.

Inhibiteurs de l’aromatase

- AMINOGLUTÉTHIMIDE

La suppression surrénale induite par l’aminoglutéthimide peut exacerber les changements hormonaux causés par une corticothérapie prolongée.

L’aminoglutéthimide peut provoquer la perte de la suppression surrénale causée par la corticothérapie.

Bloqueurs des canaux calciques

- DILTIAZEM

INHIBITEUR (et SUBSTRAT) de la CYP3A4

Glucosides digitaliques

- DIGOXINE

L’administration concomitante de corticostéroïdes et de glucosides digitaliques peut accroître le risque d’arythmie ou de toxicité des digitaliques associée à l’hypokaliémie. Il faut surveiller étroitement les taux d’électrolytes sériques, en particulier le potassium, chez tous les patients soumis à pareille association médicamenteuse.

Cholestyramine

La cholestyramine peut augmenter la clairance des corticostéroïdes.

Estrogènes (y compris les contraceptifs oraux renfermant des estrogènes)

INHIBITEUR (et SUBSTRAT) de la CYP3A4

Les effets des corticostéroïdes peuvent être excessifs chez les patients qui prennent aussi des estrogènes. Une surveillance s’impose. Les estrogènes peuvent potentialiser les effets de l’hydrocortisone en faisant augmenter la concentration de transcortine, ce qui entraîne une réduction de la quantité d’hydrocortisone disponible pour la métabolisation. Des ajustements de la posologie de l’hydrocortisone peuvent s’avérer nécessaires lorsqu’un traitement par des estrogènes est ajouté ou cessé chez un patient qui reçoit des doses stables d’hydrocortisone.

Hormones

- SOMATOTROPINE

L’emploi concomitant d’un glucocorticostéroïde et de somatotrophine peut inhiber la réponse à cette dernière.

Hypoglycémiants

Un ajustement de la posologie de l’antidiabétique peut s’avérer nécessaire en cas d’administration conjointe de corticostéroïdes. Comme ceux-ci peuvent hausser la glycémie, il faut assurer une maîtrise du diabète, en particulier lors de la mise en route ou de l’arrêt de la corticothérapie et lors d’une modification de la dose.

Immunosuppresseurs

- CYCLOSPORINE

INHIBITEUR (et SUBSTRAT) de la CYP3A4

L’emploi concomitant de la cyclosporine et d’un corticostéroïde peut entraîner une intensification de l’activité des deux agents.

Des convulsions ont été signalées en lien avec cette association.

Immunosuppresseurs

- CYCLOPHOSPHAMIDE

- TACROLIMUS

SUBSTRATS DE LA CYP3A4

Macrolides

- TROLÉANDOMYCINE

INHIBITEUR DE LA CYP3A4

On a constaté que les antibiotiques de la famille des macrolides causent une diminution importante de la clairance des corticostéroïdes.

AINS

- AAS (ACIDE ACÉTYLSALICYLIQUE) À FORTE DOSE

Les hémorragies et les ulcères digestifs pourraient être plus fréquents lorsqu’on administre en concomitance des corticostéroïdes et des AINS.

Les corticostéroïdes peuvent augmenter la clairance de l’AAS utilisé à dose élevée, et il peut s’ensuivre une diminution des concentrations sériques de salicylate. L’arrêt de la corticothérapie peut donc causer une augmentation des concentrations sériques de salicylate pouvant entraîner un accroissement du risque de toxicité des salicylates. L’AAS doit être utilisé avec précaution en association avec les corticostéroïdes chez les patients souffrant d’hypoprothrombinémie.

Agents provoquant une déplétion potassique

Il faut surveiller de près les patients sous corticostéroïdes qui prennent également des agents provoquant une déplétion potassique (p. ex., diurétiques) afin de déceler l’apparition éventuelle d’une hypokaliémie. Il existe également un risque accru d’hypokaliémie lors de l’administration de corticostéroïdes en concomitance avec de l’amphotéricine B, de la xanthine ou des agonistes des récepteurs bêta2. On a rapporté des cas d’hypertrophie du cœur et d’insuffisance cardiaque congestive par suite de l’emploi concomitant d’amphotéricine B et d’hydrocortisone.

Vaccins

Chez les patients qui suivent une corticothérapie prolongée, la réponse immunitaire aux anatoxines ainsi qu’aux vaccins vivants et inactivés peut être moins importante en raison de l’inhibition de la réaction des anticorps. Les corticostéroïdes peuvent également potentialiser la réplication de certains micro-organismes présents dans les vaccins vivants atténués. Si possible, il est conseillé de reporter l’administration de vaccins et d’anatoxines jusqu’à ce que la corticothérapie soit terminée (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Système immunitaire, Vaccins).

Interactions médicament-aliment

Le jus de pamplemousse est un inhibiteur de la CYP3A4. Voir INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES, Aperçu et Interactions médicament-médicament, INHIBITEURS DE LA CYP3A4, ci-dessus.

Effets du médicament sur les examens de laboratoire

Les corticostéroïdes peuvent supprimer les réactions aux tests cutanés.

Effets du médicament sur le style de vie

Capacité de conduire un véhicule ou d’utiliser une machine
L’effet des corticostéroïdes sur la capacité de conduire un véhicule ou de faire fonctionner des machines n’a pas été évalué de façon systématique. La prise de corticostéroïdes peut entraîner des effets indésirables, tels que des étourdissements, des vertiges, des troubles visuels et de la fatigue. Le cas échéant, le patient doit s’abstenir de conduire ou de faire fonctionner des machines.

Nouveautés

Il n'y a aucune nouveauté actuellement

Communiquer avec l'Information pharmaceutique de Pfizer

Signalez un effet indésirable
1 866 723-7111