Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

PREMARIN Intraveineux (œstrogènes conjugués)

Renseignements Pour Le Professionnel De La Santé

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT

Avertissement

Les résultats de l’étude WHI (Women’s Health Initiative) révèlent que l’hormonothérapie substitutive orale combinant œstrogènes conjugués et acétate de médroxyprogestérone accroît les risques d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral, de cancer du sein invasif, d’embolie pulmonaire et de thrombose veineuse profonde chez les femmes ménopausées par rapport à celles qui avaient reçu un placebo sous forme de comprimés. Les autres associations œstroprogestatives et les autres formes posologiques n’ont pas été examinées dans le cadre de cette étude, mais, en l’absence de données comparables, on doit présumer qu’elles comportent des risques similaires. À la lumière de ces données, il faut observer les principes suivants quand on prescrit une hormonothérapie substitutive :

  • Ne pas prescrire d’œstrogènes, avec ou sans progestatif, pour la prévention primaire ou secondaire des maladies cardiovasculaires.
  • L’œstrogénothérapie, accompagnée ou non de progestatif, doit être prescrite à la dose minimale efficace pour l’indication approuvée.
  • Limiter l’œstrogénothérapie, accompagnée ou non de progestatif, à la plus courte durée possible pour l’indication reconnue.

Classe Pharmacologique

Hormones œstrogènes

Action Et Pharmacologie Clinique

Les œstrogènes agissent en se liant à des récepteurs nucléaires dans les tissus œstrogénosensibles. Jusqu’à présent, deux récepteurs des œstrogènes ont été identifiés. Leur proportion varie selon les tissus. On trouve des récepteurs œstrogéniques dans divers tissus, notamment dans la paroi des vaisseaux sanguins, les organes génitaux, les seins, le cerveau, le foie et les os de la femme. Les œstrogènes circulants modulent la sécrétion hypophysaire de l’hormone lutéinisante (LH) et de l’hormone folliculostimulante (FSH), deux gonadotrophines, par un mécanisme de rétrocontrôle négatif. Par leur action, les œstrogènes réduisent les taux de ces gonadotrophines, qui sont élevés après la ménopause.

Les œstrogènes endogènes sont principalement responsables du développement et du maintien de l’appareil génital et des caractères sexuels secondaires féminins.

Par action directe, les œstrogènes endogènes déterminent la croissance et le développement de l’utérus, des trompes de Fallope et du vagin. De concert avec d’autres hormones, notamment les hormones hypophysaires et la progestérone, ils assurent le développement des seins en stimulant la croissance des canaux galactophores, le développement du stroma et l’accumulation du tissu adipeux. Les œstrogènes, en association étroite avec d’autres hormones, surtout la progestérone, interviennent dans la phase ovulatoire du cycle menstruel et la grossesse et stimulent la libération des gonadotrophines hypophysaires. Indirectement, ils contribuent également au modelage du squelette, au maintien du tonus et de l’élasticité des tissus de soutien du cœur, de la peau et des structures urogénitales en augmentant la production de collagène, aux modifications des épiphyses des os longs déterminant la poussée de croissance pubertaire et y mettant fin, à l’apparition des poils axillaires et pubiens ainsi qu’à la pigmentation des mamelons et des organes génitaux. Le déclin de l’activité œstrogénique et progestative ovarienne à la fin du cycle œstral peut déclencher les menstruations, bien que l’arrêt de la sécrétion de progestérone soit le plus important facteur du cycle ovulatoire à la maturité. Toutefois, au cours du cycle préovulatoire ou anovulatoire, l’œstrogène est le principal facteur qui détermine le début des règles.

Bien que les œstrogènes circulants soient maintenus en état d’équilibre dynamique par des interconversions métaboliques, l’œstradiol est le principal œstrogène intracellulaire chez l’humain et son action sur les récepteurs est nettement plus élevée que celle de l’œstrone et de l’œstriol.

La principale source d’œstrogènes chez la femme adulte ayant un cycle normal est le follicule ovarien, qui sécrète de 70 à 500 mg d’œstradiol par jour, selon la phase du cycle menstruel. Après la ménopause, la majeure partie des œstrogènes endogènes est produite par les tissus périphériques qui transforment l’androstènedione, sécrétée par la corticosurrénale, en œstrone. Ainsi, l’œstrone et son sulfoconjugué, le sulfate d’œstrone, sont les œstrogènes circulants les plus abondants chez les femmes ménopausées.

Les œstrogènes circulants modulent les effets de l’hormone lutéinisante (LH) et de l’hormone folliculostimulante (FSH), deux gonadotrophines hypophysaires, par un mécanisme de rétrocontrôle négatif. L’œstrogénothérapie agit en réduisant les taux de ces hormones qui augmentent chez les femmes ménopausées.

Les œstrogènes agissent en régulant la transcription d’un nombre limité de gènes. Ils peuvent exercer une action directe à la surface de la cellule par un mécanisme de « récepteurs non œstrogéniques » ou agir directement avec le récepteur œstrogénique à l’intérieur de la cellule. Les œstrogènes traversent la membrane cellulaire, se distribuent dans la cellule et se lient au récepteur œstrogénique nucléaire, protéine fixatrice de l’ADN présente dans les tissus œstrogénosensibles, qu’ils activent. Le récepteur des œstrogènes activé se lie à des séquences spécifiques d’ADN, ou éléments hormonosensibles, ce qui stimule la transcription des gènes adjacents, d’où les effets observés. On trouve des récepteurs œstrogéniques dans la paroi des vaisseaux sanguins, les organes génitaux, les seins, l’hypophyse, l’hypothalamus, le foie et les os de la femme.

Les œstrogènes conjugués sont solubles dans l’eau et sont bien absorbés par la peau, les muqueuses et le tube digestif après libération du médicament. Certains œstrogènes sont excrétés dans la bile, mais ils sont réabsorbés par l’intestin et ramenés au foie par la veine porte. Les œstrogènes conjugués hydrosolubles sont fortement acides et sont ionisés dans les liquides biologiques, ce qui favorise leur élimination par les reins, étant donné que la réabsorption tubulaire est minime.
Lorsqu’ils sont appliqués localement, leur absorption est habituellement suffisante pour que des effets généraux soient observés. Lorsque les œstrogènes sont conjugués avec des groupes aryles ou alkyles pour l’administration parentérale, l’absorption des préparations huileuses est ralentie et la durée d’action, prolongée, de telle sorte que l’absorption d’une injection intramusculaire unique de valérate ou de cypionate d’œstradiol s’échelonne sur plusieurs semaines.

L’organisme traite les œstrogènes exogènes, de même que leurs esters, essentiellement de la même façon que les hormones endogènes.

À l’heure actuelle, on ne dispose d’aucune donnée pharmacodynamique sur les œstrogènes conjugués administrés seuls.

Étude WHI

L’étude WHI (Women’s Health Initiative), subdivisée en deux volets, visait à évaluer les risques et les avantages, dans la prévention de certaines maladies chroniques, de l’administration orale d’œstrogènes conjugués (EC) [0,625 mg par jour] seuls ou en association avec de l’acétate de médroxyprogestérone (AMP) [0,625 mg d’EC + 2,5 mg d’AMP par jour] comparativement à un placebo chez environ 27 000 femmes ménopausées majoritairement en bonne santé. Le principal critère d’évaluation était l’incidence de coronaropathie (définie comme infarctus du myocarde [IM] non fatal, IM silencieux et décès par maladie coronarienne), tandis que la principale issue défavorable était le cancer du sein invasif. Un « indice global » était composé des facteurs suivants : survenue la plus ancienne d'une maladie coronarienne, cancer du sein invasif, accident vasculaire cérébral, embolie pulmonaire, cancer de l'endomètre (uniquement dans le volet de l’étude WHI portant sur l’association d’OC et d’AMP), cancer colono-rectal, fracture de la hanche ou mort attribuable à d'autres causes. L’étude n’a pas examiné les effets des EC seuls ni ceux de l’association d’EC et d’AMP sur les symptômes ménopausiques.

Volet de l’étude WHI portant sur l’administration d’œstrogènes seuls

Le volet de l’étude WHI portant sur l’administration d’œstrogènes seuls a été interrompu précocement après l’observation d’une hausse du risque d’accident vasculaire cérébral, et l’on a présumé qu’aucune donnée additionnelle ne serait obtenue concernant les risques et les avantages des œstrogènes seuls sur les principaux critères d’évaluation prédéterminés.

Le tableau suivant présente les résultats du volet sur l’administration d’œstrogènes seuls mené auprès de 10 739 femmes (âge moyen de 63 ans, extrêmes de 50 et de 79 ans; 75,3 % étaient de race blanche, 15,1 % étaient de race noire, 6,1 % appartenaient au groupe ethnique latino- américain et 3,6 % appartenaient à d’autres groupes ethniques), après un suivi moyen de 6,8 ans.

Dans le volet de l’étude WHI portant sur l’administration orale d’œstrogènes seuls, aucun effet global important n’a été observé sur le risque relatif (RR) de coronaropathie (RR = 0,95, intervalle de confiance nominal [ICn] à 95 % de 0,78 à 1,16); un RR de coronaropathie légèrement élevé a été signalé au début de la période de suivi et a diminué avec le temps. Il n’y avait aucun effet important sur le risque relatif de cancer du sein invasif (RR = 0,80, ICn à 95 % de 0,62 à 1,04) ou de cancer colono-rectal (RR = 1,08, ICn à 95 % de 0,75 à 1,55) signalé. L’administration d’œstrogènes était associée à une augmentation significative sur le plan statistique des risques d’accident vasculaire cérébral (RR = 1,33, ICn à 95 % de 1,05 à 1,68) et de thrombose veineuse profonde (TVP) (RR = 1,47, ICn à 95 % de 1,06 à 2,06). Il n’y avait aucune augmentation importante du risque relatif d’embolie pulmonaire (EP) (RR = 1,37, ICn à 95 % de 0,90 à 2,07). Lors de l’administration d’œstrogènes, on a signalé une réduction statistiquement significative des risques de fracture de la hanche (RR = 0,65, ICn à 95 % de 0,45 à 0,94), de fractures vertébrales (RR = 0,64, ICn à 95 % de 0,44 à 0,93) et de fracture tous types confondus (RR = 0,71, ICn à 95 % de 0,64 à 0,80). Dans le volet portant sur l’administration d’œstrogènes seuls, il n’y avait aucun effet statistiquement significatif sur la mortalité attribuable à d’autres causes (RR = 1,08, ICn à 95 % de 0,88 à 1,32), ni aucun effet sur le risque de mortalité global (RR = 1,04, ICn à 95 % de 0,88 à 1,22). Ces intervalles de confiance ne sont pas corrigés pour tenir compte des aspects multiples et des comparaisons multiples.

RISQUE RELATIF ET RISQUE ABSOLU – VOLET ŒSTROGÈNES SEULS DE L’ÉTUDE WHIa

Événement clinique

Risque relatif
EC contre placebo

(ICn à 95 %b)

Placebo
n = 5  429

EC

n = 5  310

Risque absolu par
10 000 années-femmes

Maladies coronariennesc

0,95 (0,78-1,16)

57

54

IM non fatalc

0,91 (0,73-1,14)

43

40

Mortalitéc

1,01 (0,71-1,43)

16

16

Tous les accidents vasculaires cérébraux (AVC)c

1,33 (1,05-1,68)

33

45

AVC ischémiquec

1,55 (1,19-2,01)

25

38

Thrombose veineuse profondec,d

1,47 (1,06-2,06)

15

23

Embolie pulmonairec

1,37 (0,90-2,07)

10

14

Cancer du sein invasifc

0,80 (0,62-1,04)

34

28

Cancer colono-rectale

1,08 (0,75-1,55)

16

17

Fracture de la hanchec

0,65 (0,45-0,94)

19

12

Fractures vertébralesc,d

0,64 (0,44-0,93)

18

11

Fractures de l’avant-bras ou du poignetc,d

0,58 (1,47-0,72)

59

35

Ensemble des fracturesc,d

0,71 (0,64-0,80)

197

144

Décès attribuable à d’autres causese,f

1,08 (0,88-1,32)

50

53

Mortalité globalec,d

1,04 (0,88-1,22)

75

79

Indice globalg

1,02 (0,92-1,13)

201

206

a D’après de nombreux articles sur l’étude WHI. On peut consulter les articles sur l’étude WHI à l’adresse www.nhlbi.nih.gov/whi.
b Intervalles de confiance nominaux non corrigés pour tenir compte des aspects multiples et des comparaisons multiples.
c Les résultats reposent sur les données évaluées par un comité central, pour un suivi moyen de 7,1 ans.
d Non inclus dans l’« indice global ».
e Les résultats reposent sur un suivi moyen de 6,8 ans.
f Tous les décès, sauf à la suite d’un cancer du sein ou d’un cancer colono-rectal, d’une coronaropathie confirmée ou probable, d’une embolie pulmonaire ou d’un trouble vasculaire cérébral.
g Un sous-groupe d'événements a été rassemblé dans un « indice global », défini comme la survenue la plus ancienne d'une maladie coronarienne, d'un cancer du sein invasif, d'un accident vasculaire cérébral, d'une embolie pulmonaire, d'un cancer colono-rectal, d'une fracture de la hanche ou d'un décès attribuable à d'autres causes.

PHARMACOCINÉTIQUE

Distribution
La distribution des œstrogènes exogènes est semblable à celle des œstrogènes endogènes. Les œstrogènes sont largement distribués dans l’organisme et se trouvent généralement en plus grande concentration dans les organes cibles des hormones sexuelles. Les œstrogènes circulent dans le sang en grande partie liés à la protéine porteuse des stéroïdes sexuels (SHBG) et à l’albumine.

Métabolisme
Le métabolisme des œstrogènes se déroule principalement dans le foie (effet de premier passage), mais aussi dans certains tissus cibles. Des processus métaboliques complexes entretiennent un équilibre dynamique entre les formes circulantes conjuguées et non conjuguées (continuellement interconverties, surtout entre l’œstrone et l’œstradiol) et entre les formes estérifiées et non estérifiées.

Bien que les œstrogènes administrés par voie autre qu’orale ne subissent pas un véritable métabolisme de premier passage, ils n’en sont pas moins soumis à une capture et à un métabolisme hépatiques considérables ainsi qu’au recyclage entérohépatique. Le métabolisme et l’inactivation se produisent surtout dans le foie. Certains œstrogènes sont excrétés dans la bile; toutefois, ils sont réabsorbés dans l’intestin et réacheminés vers le foie par le système porte. Les conjugués œstrogéniques hydrosolubles sont fortement acides et sont ionisés dans les liquides organiques, ce qui favorise l’excrétion rénale, la réabsorption tubulaire étant minime.

Excrétion
Une certaine proportion des œstrogènes sont excrétés dans la bile, puis réabsorbés dans l’intestin et retournés au foie par le système porte. Au cours de cette recirculation entérohépatique, les œstrogènes sont désulfatés, puis resulfatés, et sont dégradés par conversion en formes moins actives (œstriol et autres), par oxydation en substances non œstrogéniques (les catécholœstrogènes, qui participent au métabolisme des catécholamines, principalement dans le système nerveux central), et par glycuroconjugaison (les acides résultants étant ensuite rapidement excrétés dans l’urine).

Indications Et Utilisation Clinique

Traitement des saignements utérins anormaux dus à un déséquilibre hormonal en l’absence d’atteinte organique.

Contre-Indications

L’emploi des œstrogènes est contre-indiqué chez la femme en présence des affections suivantes :

  • Maladie ou dysfonction hépatique évolutive ou chronique, tant que les résultats des épreuves fonctionnelles hépatiques ne sont pas normaux.
  • Cancer du sein confirmé ou présumé, ou antécédents personnels.
  • Néoplasie œstrogénodépendante confirmée ou présumée (p. ex. cancer de l’endomètre).
  • Hyperplasie de l’endomètre.
  • Grossesse confirmée ou présumée (voir MISES EN GARDE : Effets durant la grossesse).
  • Saignements utérins anormaux d’origine indéterminée.
  • Présence ou antécédents de thromboembolie veineuse confirmée (p. ex. thrombose veineuse profonde ou embolie pulmonaire) ou présence de thrombophlébite.
  • Présence ou antécédents de maladie thrombo-embolique artérielle confirmée (p. ex. accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde, coronaropathie).
  • Perte complète ou partielle de la vue, causée par une affection vasculaire ophtalmique.
  • Hypersensibilité à l’un des ingrédients du médicament.
  • Troubles thrombophiliques confirmés (p. ex., déficit en protéine C, en protéine S ou en antithrombine, mutation du gène de la prothrombine ou présence d’anticorps anticardiolipine).

Mises En Garde

Voir « Avertissement » (encadré).

Un curetage est indiqué lorsqu’il est impossible de maîtriser une hémorragie utérine anormale ou sa récidive inattendue.

Premarin intraveineux est indiqué pour un traitement de brève durée. Il faut cependant tenir compte des mises en garde et des précautions associées au traitement par des EC (œstrogènes conjugués).

Comparativement à l’œstrogénothérapie simple, l’utilisation d’une association œstroprogestative peut comporter des risques supplémentaires, notamment un risque accru d’infarctus du myocarde, d’embolie pulmonaire, de cancer du sein invasif et de cancer de l’ovaire.

Risque cardiovasculaire

L’œstrogénothérapie substitutive serait associée à un risque accru d’accidents vasculaires cérébraux et de thrombose veineuse profonde (TVP).

Le médecin doit donc être conscient de la possibilité de troubles thrombotiques (thrombophlébite, thrombose rétinienne et embolie cérébrale ou pulmonaire) durant l’œstrogénothérapie substitutive et être à l’affût des premières manifestations. Si un tel événement survenait ou était soupçonné, il y aurait lieu d’interrompre le traitement immédiatement.

Les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire (hypertension, diabète sucré, tabagisme, hypercholestérolémie et obésité) doivent être corrigés par les mesures appropriées.

Le risque d'accident vasculaire cérébral ischémique pouvant être plus élevé chez les personnes qui sont susceptibles d’être atteintes de migraines avec aura, celles-là devraient être surveillées attentivement.

Accident vasculaire cérébral
Dans le volet de l’étude WHI portant sur l’administration d’œstrogènes seuls (voir ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE : Étude WHI), une augmentation statistiquement significative du risque d’accident vasculaire cérébral a été signalée chez les femmes de 50 à 79 ans recevant 0,625 mg d’EC par jour comparativement à celles sous placebo (45 cas contre 33 par 10 000 années-femmes). La hausse du risque a été démontrée pendant la première année et a persisté.

L’analyse des données concernant le sous-groupe des femmes de 50 à 59 ans n’a pas fait ressortir d’augmentation du risque d’AVC chez celles qui utilisaient les œstrogènes conjugués (0,625 mg), comparativement au placebo (18 vs 21 par 10 000 années-femmes).

Si un AVC survenait ou était soupçonné, il y aurait lieu d’interrompre immédiatement le traitement par Premarin intraveineux (voir ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE).

Hématologie

Thromboembolie veineuse (TEV)

Dans le volet de l’étude WHI portant sur l’administration orale d’œstrogènes seuls, la hausse du risque de thrombose veineuse profonde (TVP) et d’embolie pulmonaire (EP) a été jugée statistiquement significative (23 cas contre 15 par 10 000 années-femmes). Une hausse du risque d’EP a été signalée, mais elle n’a pas atteint la signification statistique. La hausse du risque de TEV (TVP et EP) a été démontrée au cours des deux premières années (30 cas contre 22 par 10 000 années-femmes).

Si une TEV survenait ou était soupçonnée, il y aurait lieu d’interrompre immédiatement le traitement par Premarin intraveineux (voir ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE).

Dans la mesure du possible, il faut interrompre l’administration de Premarin intraveineux au moins de 4 à 6 semaines avant une intervention chirurgicale susceptible d’augmenter le risque de thromboembolie ou durant les périodes d’immobilisation prolongée.

Les facteurs de risque de TEV généralement admis sont des antécédents personnels, des antécédents familiaux (la survenue de TEV chez un proche parent ou à un âge relativement jeune évoque une prédisposition génétique), le lupus érythémateux disséminé et une obésité sévère (indice de masse corporelle > 30 kg/m2). Le risque de TEV augmente avec l’âge et le nombre d’années de tabagisme (voir PRÉCAUTIONS).

Par ailleurs, une immobilisation prolongée, une intervention chirurgicale majeure ou un traumatisme peuvent augmenter temporairement le risque de TEV. Chez les femmes sous hormonothérapie substitutive, il faut instituer des mesures visant à prévenir une TEV à la suite d’une intervention chirurgicale. Les patientes ayant des varices devraient aussi faire l’objet d’un suivi étroit. Le médecin doit être à l’affût des premières manifestations de troubles thrombotiques (thrombophlébite, thrombose rétinienne, embolie cérébrale et embolie pulmonaire) et interrompre le traitement sur-le-champ s’il observe ou soupçonne l’une de ces manifestations, étant donné le risque de mortalité ou d’incapacité de longue durée.

Carcinogenèse et mutagenèse

Cancer du sein
Les résultats d’études portant sur l’utilisation d’œstrogènes chez les femmes ménopausées sont contradictoires concernant le risque de cancer du sein. La principale étude avec répartition aléatoire ayant permis d’obtenir de l’information à ce sujet est l’essai clinique WHI (voir ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE). Dans le volet de l’étude WHI portant sur l’administration d’œstrogènes seuls, après un suivi moyen de 7,1 ans, l’administration d’EC (0,625 mg par jour) n’était pas associée à une augmentation du risque de cancer du sein invasif.

On a signalé que l’administration d’œstrogènes seuls entraînait une augmentation du nombre de mammographies anormales commandant une analyse plus approfondie.

La prudence s’impose quand on prescrit des œstrogènes aux femmes qui présentent des facteurs de risque connus de cancer du sein, tels de lourds antécédents familiaux de cancer du sein (parentes au premier degré) ou une affection mammaire associée à un risque accru (anomalie à la mammographie ou hyperplasie atypique révélée par une biopsie du sein).

Les autres facteurs de risque connus de cancer du sein – nulliparité, obésité, puberté précoce, âge avancé lors de la première grossesse menée à terme et de la ménopause – doivent également être évalués.

Une mammographie est recommandée avant une hormonothérapie substitutive et à intervalles réguliers pendant celle-ci, selon le jugement du médecin et les risques perçus dans chaque cas.

Le médecin doit évaluer soigneusement les bienfaits globaux et les risques possibles de l’hormonothérapie substitutive et en discuter avec la patiente. Il est important de préciser que le risque de cancer du sein augmente légèrement après quatre ans d’hormonothérapie substitutive œstroprogestative (d’après les résultats de l’étude WHI) et de mettre ce risque en balance avec les bienfaits connus du traitement.

On avisera les femmes de pratiquer régulièrement l’auto-examen des seins et on leur expliquera comment procéder.

Cancer de l’endomètre
L’administration d’œstrogènes seuls chez la femme non hystérectomisée a été associée à une hausse du risque de cancer de l’endomètre (voir ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE).

Ce risque est de 2 à 12 fois plus élevé parmi les utilisatrices d’œstrogènes seuls par voie orale que parmi les non-utilisatrices et semble dépendre de la durée du traitement et de la dose orale d’œstrogènes. C’est un usage prolongé qui semble augmenter le plus ce risque, celui-ci étant multiplié par un facteur de 15 à 24 dans le cas d’un traitement de 5 à 10 ans ou plus, et le risque a persisté pendant au moins 8 à 15 ans après l’arrêt de l’œstrogénothérapie susbtitutive (ETS). On a observé que l’ajout d’un progestatif au traitement œstrogénique postménopausique permet de réduire le risque d’hyperplasie de l’endomètre, qui pourrait être un précurseur du cancer de l’endomètre.

Il est important d’assurer le suivi clinique des femmes qui prennent des œstrogènes ou une association œstroprogestative. Les mesures diagnostiques pertinentes doivent être prises pour éliminer la possibilité d’un cancer dans tous les cas de saignement utérin anormal persistant ou récidivant d’origine indéterminée.

Cancer de l’ovaire
Dans certaines études épidémiologiques, la prise d’œstrogènes pendant plusieurs années a été associée à une augmentation du risque de cancer de l’ovaire. Ces associations n’ont toutefois pas été observées dans d’autres études épidémiologiques.

Système nerveux

Insuffisance cérébrovasculaire
En cas d’anomalie de la vision : Advenant une perte partielle ou totale de la vue, un début soudain d’exophtalmie, de diplopie ou de migraine, on interrompra l’administration de Premarin intraveineux en attendant de procéder à un examen. Si l’examen révèle la présence d’un œdème papillaire ou de lésions vasculaires rétiniennes, on mettra fin au traitement. Des cas de thrombose rétinienne vasculaire ont été signalés chez des femmes prenant des œstrogènes, avec ou sans progestatif.

Démence
Dans le volet portant sur l’administration d’œstrogènes seuls de l’étude Women’s Health Initiative Memory Study (WHIMS), une annexe de l’étude WHI menée auprès de femmes ménopausées âgées de 65 à 79 ans, le risque relatif (RR) de démence probable associé à la prise d’œstrogènes conjugués seuls comparativement à celle d’un placebo était de 1,49 (RR = 1,49; IC à 95 % = 0,83 à 2,66) (voir PRÉCAUTIONS, Personnes âgées).

On ignore si ces résultats s’appliquent aussi aux femmes ménopausées d’âge moins avancé.

Fonctionnement hépatique, biliaire et pancréatique

Affection de la vésicule biliaire
Le risque d’affection vésiculaire confirmée par chirurgie et nécessitant une intervention chirurgicale est 2 à 4 fois plus élevé chez les femmes sous ETS ou HTS.

Système immunitaire

Œdème angioneurotique
Les œstrogènes exogènes peuvent déclencher ou aggraver des symptômes d’œdème angioneurotique, en particulier chez les patientes qui présentent un œdème angioneurotique héréditaire.

Précautions

Précautions générales

Après l’arrêt du saignement lorsque la cause présumée de l’hémorragie utérine est un déséquilibre hormonal, il faut procéder à un examen physique complet en accordant une attention spéciale aux organes pelviens et aux seins. Si le diagnostic est confirmé, il convient de prendre les mesures appropriées pour la prévention d’une récidive.

Hypertriglycéridémie

Dans l’étude HOPE (Health, Osteoporosis, Progestin, Estrogen), la prise d’EC à 0,625 mg, à 0,45 mg et à 0,3 mg a entraîné après un an une hausse moyenne de 34,3, de 30,2 et de 25,1 pour cent, respectivement, de la triglycéridémie par rapport aux valeurs initiales, comparativement à une hausse de 10,8 pour cent avec le placebo.

La prudence s’impose chez les femmes hypertriglycéridémiques puisqu’on a signalé de rares cas d’élévation massive des triglycérides plasmatiques menant à une pancréatite lors d’une ETS chez ces sujets.

Porphyrie

Les femmes présentant une porphyrie doivent être soumises à une surveillance spéciale durant une ETS ou une HTS car les œstrogènes peuvent exacerber cette maladie.

Dysfonction hépatique

Des tests de la fonction hépatique doivent être réalisés de façon périodique quand on soupçonne la présence d’une affection hépatique (voir CONTRE-INDICATIONS). Une dysfonction hépatique peut réduire le métabolisme des œstroprogestatifs administrés par voie orale. Lorsqu’une patiente doit subir des épreuves fonctionnelles hépatique ou endocrinienne ou une intervention chirurgicale, il faut, avant d’envoyer les spécimens au laboratoire, informer ce dernier du traitement que prend la patiente. La section Analyses de laboratoire contient plus de détails sur les épreuves fonctionnelles hépatiques et endocriniennes.

Antécédents d’ictère cholostatique

La prudence est de mise chez les femmes qui ont des antécédents d’ictère cholostatique en relation avec la prise d’œstrogènes ou la grossesse. Advenant un ictère cholostatique, on doit cesser le traitement et effectuer les examens appropriés.

Tension artérielle élevée

Des hausses substantielles de la tension artérielle au cours d’une ETS ont été signalées dans un petit nombre d’exposés de cas et attribuées à des réactions idiosyncrasiques aux œstrogènes. Au cours d’une vaste étude clinique comparative avec placebo et à répartition aléatoire, on n’a pas relevé d’effet systémique de l’ETS sur la tension artérielle. Toute hausse tensionnelle observée chez des femmes antérieurement normotendues ou hypertendues doit faire l’objet d’une investigation; le traitement devra être interrompu dans certains cas.

Hypocalcémie

Les œstrogènes seront utilisés avec précaution chez les femmes atteintes d’une maladie les prédisposant à l’hypocalcémie grave.

Rétention aqueuse

Comme les œstroprogestatifs peuvent causer une certaine rétention aqueuse, la prescription d’une œstrogénothérapie en présence d’un trouble sur lequel ce facteur peut influer, tel que l’insuffisance cardiaque ou rénale, commande une surveillance étroite de la patiente.

Exacerbation d’autres maladies

L’œstrogénothérapie peut provoquer une exacerbation de l’asthme, de l’épilepsie, des migraines avec ou sans aura, de l’otospongiose, du lupus érythémateux disséminé et des hémangiomes hépatiques, et doit être utilisée avec précaution chez les femmes qui présentent l’une de ces affections.

L’œstrogénothérapie peut faire réapparaître ou exacerber les symptômes et les anomalies morphologiques associés à un diagnostic antérieur d’endométriose. Quelques cas de transformation maligne de plaques d’endométriose ont été signalés chez des femmes ayant suivi une œstrogénothérapie après avoir subi une hystérectomie. L’ajout d’un progestatif doit donc être envisagé chez la femme ayant subi une hystérectomie qui présente une endométriose résiduelle connue.

Hypothyroïdie

L’administration d’œstrogènes entraîne une augmentation de la concentration de globuline fixant la thyroxine (TBG). Il pourrait être nécessaire d’augmenter la dose de l’hormonothérapie thyroïdienne substitutive chez les femmes qui doivent utiliser un tel traitement et qui prennent des œstrogènes. Le fonctionnement thyroïdien doit être surveillé chez ces patientes pour s’assurer que leurs taux d’hormones thyroïdiennes libres demeurent à l’intérieur d’une fourchette acceptable (voir Effets du médicament sur les résultats des épreuves de laboratoire).

Système endocrinien et métabolisme

Métabolisme du glucose et des lipides
Les femmes atteintes d’une hyperlipidémie familiale ont besoin d’une surveillance particulière. Des stratégies hypolipidémiantes sont recommandées avant l’instauration du traitement.

Grossesse

Les femmes enceintes ne doivent pas recevoir Premarin intraveineux (voir CONTRE- INDICATIONS).

Allaitement

On a démontré que l’administration d’œstrogènes aux femmes qui allaitent réduisait la quantité de lait maternel, ainsi que sa qualité. On a retrouvé une quantité décelable d’œstrogènes dans le lait de mères qui prenaient le médicament. La prudence s'impose lorsqu'on prescrit des œstrogènes à une femme qui allaite.

Pédiatrie

L’innocuité et l’efficacité de Premarin intraveineux n’ont pas été établies chez les enfants. Ce traitement n’est pas indiqué chez ces derniers.

Personnes âgées (> 65 ans)

Le nombre de femmes âgées ayant participé aux études cliniques sur Premarin n’était pas suffisant pour déterminer si les effets de celui-ci diffèrent chez les femmes de plus de 65 ans comparativement aux femmes plus jeunes.

Interactions Médicamenteuses

Les œstrogènes peuvent réduire l’efficacité des anticoagulants, des antidiabétiques et des antihypertenseurs.

Les médicaments ayant des effets sur les enzymes hépatiques (p. ex. barbituriques, dérivés de l’hydantoïne, carbamazépine, méprobamate, phénylbutazone et rifampicine) peuvent nuire à l’activité des œstrogènes.

Les données provenant d’une étude sur les interactions médicamenteuses associées aux combinaisons d’œstrogènes conjugués et d’acétate de médroxyprogestérone administrées par voie orale démontrent que le devenir pharmacocinétique des deux médicaments n’est pas modifié lorsqu’ils sont administrés conjointement. Les autres interactions médicamenteuses des œstrogènes conjugués sur le plan clinique n’ont pas été évaluées.

Les études in vitro et in vivo ont montré que le 17b-œstradiol, l’une des composantes des œstrogènes conjugués, est métabolisé partiellement par l’isoenzyme 3A4 du cytochrome P450 (CYP3A4). Par conséquent, les inducteurs ou les inhibiteurs puissants de la CYP3A4 peuvent influer sur le métabolisme des œstrogènes. Les inducteurs de la CYP3A4 comme les préparations de millepertuis (Hyperticum perforatum), le phénobarbital, la phénytoïne, la carbamazépine, la rifampicine et la dexaméthasone peuvent réduire la concentration plasmatique d’œstrogènes et, de ce fait, en diminuer les effets thérapeutiques ou modifier le profil des saignements utérins. Les inhibiteurs de la CYP3A4, comme la cimétidine, l’érythromycine, le kétoconazole, la clarithromycine, l’itraconazole, le ritonavir et le jus de pamplemousse peuvent accroître la concentration plasmatique d’œstrogènes et causer des effets secondaires.

Les médecins et autres professionnels de la santé devraient connaître les produits en vente libre pris par la patiente, y compris les plantes médicinales et les substances naturelles, disponibles dans les magasins de produits naturels.

Effets du médicament sur les résultats des épreuves de laboratoire

Les produits contenant des œstrogènes peuvent modifier les résultats de certaines épreuves fonctionnelles endocriniennes et hépatiques :

  • Augmentation du temps de Quick, du temps de céphaline et du temps d’agrégation plaquettaire facilitée par la noradrénaline; hausse du nombre de plaquettes; augmentation des valeurs pour les facteurs plaquettaires, le facteur II, le facteur VII antigène, l’activité coagulante du facteur VIII, les facteurs IX, X et XII, le complexe VII-X, le complexe II, VII et X et la bêta-thromboglobuline; réduction des taux d’anti-facteur Xa et d’antithrombine III; baisse de l’activité de l’antithrombine III; augmentation du taux de fibrinogène et de l’activité du fibrinogène; augmentation du taux d’antigène plasminogène et de l’activité plasminogène.
  • Augmentation de la concentration de globuline fixant la thyroxine (TBG) entraînant une hausse de la concentration totale d’hormones thyroïdiennes circulantes (T1), déterminée par les taux d’iode lié aux protéines (PBI), de T4 (par chromatographie sur colonne ou dosage radio-immunologique) ou de T3 (par dosage radio-immunologique); réduction de la fixation de la T3 libre sur une résine échangeuse d’ions, traduisant une élévation du taux de TBG; aucune modification des concentrations de T4 et de T3 libres.
  • Il peut y avoir augmentation des taux sériques d’autres protéines de liaison, par exemple la transcortine (CBG) et la protéine porteuse des stéroïdes sexuels (SHBG), entraînant respectivement une augmentation des taux de corticostéroïdes et de stéroïdes sexuels circulants. Les concentrations d’hormones libres ou biologiquement actives peuvent diminuer. D’autres protéines plasmatiques peuvent augmenter (substrat angiotensinogène-rénine, alpha-1-antitrypsine, céruloplasmine).
  • Intolérance au glucose (c’est pourquoi les femmes diabétiques sous traitement œstroprogestatif substitutif doivent être surveillées étroitement).
  • Hausse des concentrations plasmatiques de HDL et de la sous-fraction HDL-2, baisse de la concentration de C-LDL, augmentation du taux de triglycérides.

Les résultats des analyses de laboratoire susmentionnées sont fiables seulement lorsque la thérapie est interrompue depuis 2 à 4 semaines. L’anatomopathologiste doit savoir que la patiente est sous ETS ou HTS quand des spécimens lui sont envoyés.

Réactions Indésirables

Les réactions indésirables les plus graves associées aux œstrogènes sont mentionnées aux rubriques MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS.

Les effets indésirables suivants ont été signalés lors de l’usage d’œstrogènes conjugués administrés par voie intraveineuse :

Troubles de l’appareil reproducteur et des seins:
Très rare : Mastalgie

Troubles de l’appareil digestif :
Rare : Colite ischémique
Très rares : Nausées, vomissements, ballonnements, douleur abdominale

Troubles du système nerveux :
Rares : Risque de potentialisation de la croissance d’un méningiome bénin
Très rares : Étourdissements, céphalées, migraines, nervosité

Troubles vasculaires :
Rares: Embolie pulmonaire, thrombose veineuse
Très rares: Thrombophlébite superficielle, hypotension, phlébite (point d’injection)

Troubles généraux et au siège d’administration :
Rares : Douleur au point d’injection, œdème au point d’injection, œdème

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés :
Très rare: Éruption cutanée

Troubles du système immunitaire :
Très rares : Urticaire, œdème de Quincke, réactions anaphylactiques ou anaphylactoïdes

Posologie Et Administration

Il faut toujours soupeser minutieusement les avantages et les risques de l’hormonothérapie substitutive, en tenant compte des risques liés à la durée du traitement (voir MISES EN GARDE). Les œstrogènes, avec ou sans progestatif, devraient être prescrits à la dose minimale efficace et pour la plus courte période compatible avec les objectifs du traitement et les risques individuels. En l’absence de données comparables, on doit présumer que toutes les préparations d’œstrogènes et les associations œstroprogestatives comportent des risques similaires.

La posologie peut être ajustée en fonction de la réponse de la patiente.

Hémorragie utérine anormale due à un déséquilibre hormonal

Une injection de 25 mg par voie intramusculaire ou intraveineuse est indiquée. La voie intraveineuse est préférable car on peut s’attendre ainsi à une réponse plus rapide. Répéter la dose de 6 à 12 heures plus tard, au besoin. L’usage de Premarin intraveineux n’empêche pas le recours à d’autres mesures appropriées lorsqu’elles sont souhaitables.

Entreprendre immédiatement l’administration cyclique d’une association œstroprogestative en donnant des œstrogènes conjugués à raison de 3,75 à 7,5 mg par jour en doses fractionnées (comprimés) pendant 20 jours, ainsi qu’un progestatif oral au cours des 5 à 10 derniers jours du traitement. Le saignement de retrait devrait survenir dans les 2 à 5 jours suivants. Il est important de poursuivre le traitement et de ne pas réduire la posologie, sinon des saignements intermenstruels surviendront. Il faut répéter l’administration orale de l’association œstroprogestative, à partir du 5e jour du cycle, jusqu’à un maximum de 3 autres cycles, puis interrompre le traitement afin de réévaluer les besoins de la patiente. Si un saignement intermenstruel survient avant la fin du traitement de 20 jours, cesser le traitement, puis le reprendre le 5e jour du saignement.

Observer les précautions habituelles s’appliquant à l’administration intraveineuse. Injecter LENTEMENT le médicament afin d’éviter les bouffées vasomotrices.

Il n’est généralement pas recommandé d’administrer une perfusion de Premarin intraveineux en association avec d’autres agents. En cas d’urgence, cependant, quand la patiente est déjà sous perfusion, il peut être opportun de pratiquer l’injection dans la tubulure à distance de l’aiguille de perfusion. Dans ce cas, s’assurer de la compatibilité des solutions.

Compatibilité des solutions

Premarin intraveineux est compatible avec les solutés isotoniques de chlorure de sodium et les solutions de dextrose à 10 % dans un rapport 1:1. PREMARIN INTRAVEINEUX N’EST PAS COMPATIBLE AVEC L’HYDROLYSAT DE PROTÉINES, L’ACIDE ASCORBIQUE OU TOUT AUTRE SOLUTÉ DE PERFUSION AYANT UN pH ACIDE.

Entreposage Et Reconstitution

Entreposage avant reconstitution
Conserver au réfrigérateur, entre 2 et 8 oC.

Reconstitution
Usage immédiat :

Reconstituer Premarin intraveineux avec 5 mL d’eau stérile pour injection U.S.P. afin d’obtenir environ 5 mL d’une solution de couleur paille à 5 mg/mL. Ajouter le diluant lentement, en le laissant couler contre la paroi de la fiole. Agiter doucement; ne pas secouer vigoureusement. Utiliser immédiatement après la reconstitution.

Symptômes Et Traitement Du Surdosage

Parmi les symptômes d’un surdosage pouvant se manifester chez les adultes et les enfants prenant des produits à base d’œstrogènes, mentionnons : des nausées et des vomissements, de la mastalgie, des étourdissements, des douleurs abdominales, de la somnolence, de la fatigue; un saignement de retrait peut se manifester chez la femme. Il n’existe aucun antidote spécifique, et tout traitement additionnel nécessaire devra être symptomatique.

Renseignements Pharmaceutiques

Substance médicamenteuse :

Nom propre:Œstrogènes conjugués, D.N.C.
Composition:PREMARINMD (œstrogènes conjugués, D.N.C.) est un composé d’œstrogènes extraits exclusivement de sources naturelles se présentant sous forme de sels sodiques de sulfates d’œstrogènes hydrosolubles mélangés de façon à correspondre à la composition moyenne des matières premières dérivées de l’urine de juments gravides. Le produit renferme au moins les œstrogènes suivants : œstrone, équiline, 17a-dihydroéquiline, 17a-œstradiol, 17b-dihydroéquiline, d 8,9-déshydro-estrone, 17b-œstradiol, équilénine, 17a-dihydroéquilénine et 17b-dihydroéquilénine sous forme de sulfates.

Médicament :

Ingrédients médicinaux :œstrogènes conjugués, D.N.C.
Ingrédients non médicinaux :lactose, citrate de sodium et siméthicone.

 

Présentation Des Formes Posologiques

Chaque fiole contient 25 mg d’œstrogènes conjugués pour injection D.N.C., sous forme de lyophilisat stérile. Le pH est ajusté à 7,3 avec de l’hydroxyde de sodium ou de l’acide chlorhydrique. La solution reconstituée peut être administrée par injection intramusculaire ou intraveineuse.

 

Numéro de contrôle :  148679
Le 6 décembre 2011

Nouveautés

Il n'y a aucune nouveauté actuellement

Communiquer avec l'Information pharmaceutique de Pfizer

Signalez un effet indésirable
1 866 723-7111