Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

INSPRA (éplérénone) Effets Indésirables

Pfizer recognizes the public concern in relation to COVID-19, which continues to evolve. Click here to learn how we are responding.
Pfizer reconnaît les préoccupations du grand public concernant la situation liée à la COVID-19, qui continue d'évoluer. Cliquez ici pour savoir comment nous avons réagi.

Effets Indésirables

Effets indésirables observés lors des essais cliniques

Puisque les essais cliniques sont menés dans des conditions très particulières, les taux des effets indésirables qui sont observés peuvent ne pas refléter les taux observés en pratique et ne doivent pas être comparés aux taux observés dans le cadre des essais cliniques portant sur un autre médicament. Les renseignements sur les effets indésirables d’un médicament qui sont tirés d’essais cliniques s’avèrent utiles pour la détermination des manifestations indésirables liées aux médicaments et pour l’estimation des taux.

Insuffisance cardiaque chronique de classe II de la NYHA

Étude EMPHASIS-HF:insuffisance cardiaque chronique de classe II de la NYHA

Dans l’étude EMPHASIS-HF (Eplerenone in Mild Patients Hospitalization And SurvIval Study in Heart Failure), l’innocuité d’INSPRA a été évaluée au cours de la phase à double insu chez 1364 patients qui ont été suivis pendant 675 jours (durée médiane), contre 1372 patients sous placebo suivis pendant une durée médiane de 615 jours. Les effets indésirables, toutes causes confondues, signalés chez ≥2% des sujets sous INSPRA (et plus fréquemment que dans le groupe placebo) sont présentés au tableau1.

Tableau 1. Effets indésirables survenus dans l’étude EMPHASIS-HF chez ≥ 2 % des sujets du groupe INSPRA et plus fréquemment que dans le groupe placebo
*
Considéré comme un effet indésirable par l’investigateur, sans égard à la kaliémie réelle.
Le tiret indique que la différence entre les groupes n’est pas significative sur le plan statistique (p > 0,05).

Système

Effet indésirable

INSPRA
25-50mg/j
n=1364

Placebo
n=1372

Valeur p

Troubles des systèmes hématopoïétique et lymphatique

Anémie

32

(2,3%)

28

(2,0%)

-

Troubles cardiaques

Infarctus du myocarde

36

(2,6%)


34

(2,5%)

-

Troubles gastro-intestinaux
Constipation

32

(2,3%)


15


(1,1%)

0,0123

Infections et infestations
Rhinopharyngite
Infection des voies respiratoires supérieures

49

39

(3,6%)

(2,9%)


48

35

(3,5%)

(2,6%)

-

-

Troubles métaboliques et nutritionnels
Diabète
Hyperkaliémie*

33

118

(2,4%)

(8,7%)


28

55


(2,0%)

(4,0%)

-

<0,0001

Troubles de l’appareil locomoteur et du tissu conjonctif

Douleur dans les membres

30

(2,2%)

29

(2,1%)

-

Troubles du système nerveux

Étourdissements

Céphalées

Syncope

66

35

37

(4,8%)

(2,6%)

(2,7%)

65

32

31

(4,7%)

(2,3%)

(2,3%)

-

-

-

Troubles rénaux et urinaires

Insuffisance rénale

68

(5,0%)

44

(3,2%)

0,0205

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Toux

57

(4,2%)

48

(3,5%)

-

Troubles de la peau et du tissu sous-cutané

Prurit

29

(2,1%)

15

(1,1%)

0,0338

Troubles vasculaires

Hypotension

55

(4,0%)

42

(3,1%)

-

La fréquence globale des effets indésirables liés au traitement a été de 21,3 % dans le groupe éplérénone et de 17,1 % dans le groupe placebo. Parmi ceux-ci, l’hyperkaliémie a été le seul à survenir chez ≥ 2 % des sujets dans l’un et l’autre groupes (éplérénone : 7,0 %; placebo : 2,9 %).

En tout, 1272 sujets ont signalé des effets indésirables graves, dont 586 (43,0 %) dans le groupe INSPRA et 686 (50,0 %) dans le groupe placebo.

Au total, 472 sujets ont abandonné l’étude en raison d’effets indésirables, soit 215 (15,8 %) sous INSPRA et 257 (18,7 %), sous placebo. Trente-deux de ces abandons ont été motivés par une hyperkaliémie, soit 19 (1,4 %) dans le groupe INSPRA et 13 (0,9 %) dans le groupe placebo.

Un résumé des taux d’hyperkaliémie et d’hypokaliémie figure au tableau 5.

Insuffisance cardiaque consécutive à un infarctus du myocarde

Étude EPHESUS : insuffisance cardiaque consécutive à un infarctus du myocarde

Dans l’étude EPHESUS (Eplerenone Post-acute myocardial infarction Heart failure Efficacy and SUrvival Study), l’innocuité d’INSPRA a été évaluée chez 3307 patients (contre 3301 autres sous placebo). Les patients ont été suivis pendant 16 mois en moyenne (voir la section ESSAIS CLINIQUES). L’état final (mort ou vivant) a été confirmé dans 99,7 % des cas.

Les plus sérieux effets indésirables signalés dans cette étude faisaient partie des principaux critères d’évaluation (décès, insuffisance cardiaque…); ils ont été significativement plus fréquents dans le groupe placebo. Les effets indésirables graves qui ont été significativement plus fréquents dans le groupe éplérénone (déshydratation, thrombose artérielle de la jambe, élévation de la créatininémie, pyélonéphrite) avaient un faible taux d’incidence (≤ 0,5 %).

La céphalée est la réaction indésirable la plus couramment observée chez les patients qui ont reçu l’éplérénone (essais à dose unique et à doses répétées). L’hyperkaliémie est survenue plus souvent sous INSPRA que sous placebo (fréquences résumées au tableau 7). L’hypotension orthostatique a également été plus fréquente dans le groupe éplérénone que dans le groupe placebo (0,7 % vs 0,3 %). Les autres effets plus couramment observés durant le traitement par l’éplérénone sont : l’élévation du taux d’azote uréique sanguin et de créatinine, l’hypothyroïdie, le reflux gastro-œsophagien, la pancréatite, la cétose, la thrombose artérielle de la jambe, la sepsie et les varices. L’hypokaliémie (< 3,5 mmol/L) a été moins fréquente sous INSPRA (8,4 % vs 13,1 %).

Les élévations de la kaliémie ont permis d’établir un réglage approprié de la dose d’éplérénone (voir le tableau 16, Réglage de la dose). Très peu de patients ont dû abandonner le traitement pour de bon à cause de l’hyperkaliémie (0,7 % pour l’éplérénone vs 0,3 % pour le placebo), et cette dernière n’a causé aucun décès. Une sepsie a entraîné l’abandon permanent du traitement chez 2 patients du groupe éplérénone. Aucun patient n’a cessé définitivement de prendre le médicament de l’étude pour cause d’hypotension orthostatique.

Le tableau 2 présente les effets indésirables signalés chez ≥ 2,0 % des sujets sous INSPRA (et plus fréquemment que dans le groupe placebo).

Tableau 2 - Effets indésirables survenus dans l’étude EPHESUS chez ≥ 2 % des sujets du groupe éplérénone et plus fréquemment que dans le groupe placebo
 
f.p.j. = fois par jour
Par la méthode exacte de Fisher. Le tiret indique que la différence entre les groupes n’est pas significative sur le plan statistique (p > 0,05).

Système

Effet indésirable

INSPRA
25 - 50 mg/j
n = 3307

Placebo
n = 3301

Valeur p

Troubles du système nerveux autonome

Hypotension

Syncope

119

71

(3,6 %)

(2,1 %)


109

58

(3,3 %)

(1,8 %)

-

-

Corps entier – Affections générales
Asthénie
Douleur thoracique non cardiaque

Fatigue

Fièvre

89

213

95

67

(2,7 %)

(6,4 %)

(2,9 %)

(2,4 %)


68

206

91

65


(2,1 %)

(6,2 %)

(2,8 %)

(2,0 %)

-

-

-

-

Troubles des systèmes nerveux central et périphérique
Étourdissements
Céphalées

214

126

(6,5 %)

(3,8 %)


197

119


(6,0 %)

(3,6 %)

-

-

Troubles gastro-intestinaux
Constipation

Diarrhée

Dyspepsie

Nausées

Vomissements

98

115

129

139

76

(3,0 %)

(3,5 %)

(3,9 %)

(4,2 %)

(2,3 %)


92

113

120

133

59


(2,8 %)

(3,4 %)

(3,6 %)

(4,0 %)

(1,8 %)

-

-

-

-

-

Troubles de la fréquence ou du rythme cardiaque
Tachycardie ventriculaire

70

(2,1 %)


63


(1,9 %)

-

Troubles métaboliques et nutritionnels
Hyperkaliémie

113

(3,4 %)


66


(2,0 %)

0,0005

Troubles du myo-, de l’endo- ou du péricarde et troubles valvulaires
Angine de poitrine
Maladie coronarienne

459

100

(13,9 %)

(3,0 %)

415

91

(12,6 %)

(2,8 %)

-

-

Troubles des hématies
Anémie

115

(3,5 %)


98


(3,0 %)

-

Troubles urinaires
Élévation du taux de créatinine

Hématurie

Anomalie de la fonction rénale

81

70

96

(2,4 %)

(2,1 %)

(2,9 %)


51

55

79


(1,5 %)

(1,7 %)

(2,4 %)

0,0105

-

-

Troubles vasculaires (autres que cardiaques)
Troubles vasculaires cérébraux

103

(3,1 %)

101


(3,1 %)

-

Le tableau 3 présente les taux d’effets indésirables liés aux hormones sexuelles.

Tableau 3. Taux d’effets indésirables liés aux hormones sexuelles dans l’étude EPHESUS
 

Hommes

Femmes

 

Gynécomastie

Mastodynie

Saignement vaginal anormal

Inspra

0,4 %

0,1 %

0,4 %

Placebo

0,5 %

0,1 %

0,4 %

Hypertension :

L’innocuité d’INSPRA employé en monothérapie ou comme traitement concomitant a été évaluée chez 3299 patients dans le cadre d’études sur l’hypertension. Environ 499 patients ont reçu INSPRA pendant plus de 6 mois et plus de 176 patients l’ont reçu pendant plus d’un an. Les effets indésirables signalés le plus souvent ont été les céphalées (11,2 %) et les infections des voies respiratoires supérieures (7,6 %).

Dans les études comparatives avec placebo et dose fixe, le taux global d’effets indésirables a été de 46 % chez les patients qui ont reçu les doses recommandées d’INSPRA et de 48 % chez ceux qui ont reçu un placebo. Les effets indésirables sont survenus à une fréquence comparable peu importe l’âge, le sexe ou la race des patients. Le traitement a été abandonné en raison d’un effet indésirable chez 2,5 % des patients traités par INSPRA et chez 2,7 % de ceux qui ont reçu un placebo.

Les effets indésirables signalés chez au moins 1 % des patients et dont la fréquence a été plus élevée chez les patients traités par INSPRA que chez ceux qui ont reçu un placebo figurent au tableau 4.

Tableau 4. Incidence des effets indésirables observés chez ≥ 1 % des sujets des groupes INSPRA et à une fréquence plus élevée que chez les sujets sous placebo durant les études comparatives avec placebo et dose fixe sur l’administration d’INSPRA en monothérapie
 

Placebo

INSPRA

25 mg/jour

50 mg/jour

100 mg/jour

Sujets

244

97

294

239

Organisme entier – troubles d’ordre général

       

Œdème périphérique

4 (1,6 %)

3 (3,1 %)

5 (1,7 %)

2 (0,8 %)

Fatigue

1 (0,4 %)

1 (1,0 %)

4 (1,4 %)

2 (0,8 %)

Symptômes pseudogrippaux

3 (1,2 %)

2 (2,1 %)

5 (1,7 %)

5 (2,1 %)

Troubles cardiovasculaires

       

Palpitations

1 (0,4 %)

1 (1,0 %)

3 (1,0 %)

3 (1,3 %)

Troubles des systèmes nerveux central et périphérique

       

Étourdissements

5 (2,0 %)

3 (3,1 %)

8 (2,7 %)

7 (2,9 %)

Troubles gastro-intestinaux

       

Douleur abdominale

2 (0,8 %)

3 (3,1 %)

2 (0,7 %)

4 (1,7 %)

Troubles hépatiques et biliaires

       

Bilirubinémie

0

0

1 (0,3 %)

5 (2,1 %)

Augmentation du taux de gamma-glutamyl-transférase (GGT)

2 (0,8 %)

1 (1,0 %)

5 (1,7 %)

3 (1,3 %)

Augmentation du taux d’ASAT

2 (0,8 %)

1 (1,0 %)

4 (1,4 %)

2 (0,8 %)

Augmentation du taux d’ALAT

1 (0,4 %)

1 (1,0 %)

7 (2,4 %)

3 (1,3 %)

Troubles métaboliques

       

Hausse du taux de créatine kinase

2 (0,8 %)

0

4 (1,4 %)

4 (1,7 %)

Hypercholestérolémie

0

0

5 (1,7 %)

3 (1,3 %)

Hypertriglycéridémie

3 (1,2 %)

0

4 (1,4 %)

6 (2,5 %)

Hyperuricémie

2 (0,8 %)

0

4 (1,4 %)

4 (1,7 %)

Troubles de l’appareil locomoteur

       

Arthralgie

1 (0,4 %)

0

4 (1,4 %)

3 (1,3 %)

Troubles du système respiratoire

       

Bronchite

3 (1,2 %)

1 (1,0 %)

2 (0,7 %)

4 (1,7 %)

Toux

2 (0,8 %)

0

3 (1,0 %)

3 (1,3 %)

Sinusite

5 (2,0 %)

3 (3,1 %)

6 (2,0 %)

8 (3,3 %)

Infection des voies respiratoires supérieures

10 (4,1 %)

5 (5,2 %)

17 (5,8 %)

13 (5,4 %)

Troubles de l’appareil urinaire

       

Albuminurie

2 (0,8 %)

0

3 (1,0 %)

3 (1,3 %)

Des cas de gynécomastie et de saignement vaginal anormal sont survenus chez des patients traités par INSPRA (environ 1 %), mais chez aucun de ceux sous placebo. Leur fréquence augmentait avec la prolongation du traitement.

Résultats biologiques

Étude EMPHASIS-HF : insuffisance cardiaque chronique de classe II de la NYHA

Un résumé des taux d’hyperkaliémie et d’hypokaliémie figure au tableau 5.

Tableau 5. Taux d’hyperkaliémie et d’hypokaliémie – Patients traités dans l’étude EMPHASIS-HF

Kaliémie

mmol/L

INSPRA

n = 1344

Placebo

n = 1349

Valeur p

> 6,0

2,7 %

2,1 %

0,3141

> 5,5

12,9 %

8,2 %

< 0,0001

< 4,0

42,0 %

51,7 %

< 0,0001

< 3,5

9,0 %

12,3 %

0,0060

> 5,5 lors d’au moins 2 mesures consécutives

1,6 %

0,9 %

0,1182

Les tableaux 6 et 7 montrent le risque accru d’hyperkaliémie chez les patients atteints d’insuffisance rénale et chez les patients ayant un faible taux de filtration glomérulaire estimé et des antécédents de diabète, respectivement (étude EMPHASIS-HF).

Tableau 6. Taux d’hyperkaliémie (> 5,5 mmol/L) durant l’étude EMPHASIS-HF en fonction de la clairance de la créatinine initiale*
*
Estimée par la formule de Cockroft-Gault.

Clairance de la créatinine initiale

INSPRA

Placebo

≤ 30 mL/min

21,4 %

5,6 %

31 – 50 mL/min

15,8 %

11,8 %

51 – 70 mL/min

13,8 %

7,9 %

> 70 mL/min

10,0 %

6,7 %

Tableau 7. Taux d’hyperkaliémie (> 5,5 mmol/L) durant l’étude EMPHASIS-HF en fonction du taux de filtration glomérulaire estimé (TFGE)* au départ et des antécédents de diabète
 

INSPRA

Placebo

TFGE de 30 à < 50 sans diabète

15,4 %

7,6 %

TFGE ≥ 50 et diabète

13,6 %

8,6 %

TFGE de 30 à < 50 avec diabète

21,8 %

17,6 %

TFGE ≥ 50 sans diabète

10,7 %

7,0 %

Étude EPHESUS : insuffisance cardiaque consécutive à un infarctus du myocarde

Un résumé des taux d’hyperkaliémie et d’hypokaliémie figure au tableau 8.

Tableau 8. Taux d’hyperkaliémie et d’hypokaliémie - Patients traités dans l’étude EPHESUS

Kaliémie

mmol/L

INSPRA

n = 1344

Placebo

n = 1349

Valeur p

> 6,0

4,2 %

2,7 %

0,001

> 5,5

15,6 %

11,2 %

< 0,001

< 4,0

42,6 %

52,2 %

< 0,001

< 3,5

8,4 %

13,1 %

< 0,001

> 5,5 lors d’au moins 2 mesures consécutives

3,0 %

1,7 %

< 0,001

Les tableaux 9 et 10 montrent le risque accru d’hyperkaliémie chez les patients ayant un dysfonctionnement rénal et chez les patients présentant une protéinurie et des antécédents de diabète sucré, respectivement (étude EPHESUS).

Tableau 9. Taux d’hyperkaliémie (> 5,5 mmol/L) durant l’étude EPHESUS en fonction de la clairance de la créatinine initiale*
*
Estimée par la formule de Cockroft-Gault.

Clairance de la créatinine initiale

INSPRA

Placebo

≤ 30 mL/min

31,5 %

22,6 %

31 – 50 mL/min

24,1 %

12,7 %

51 – 70 mL/min

16,9 %

13,1 %

> 70 mL/min

10,8 %

8,7 %

Tableau 10. Taux d’hyperkaliémie (> 5,5 mmol/L) durant l’étude EPHESUS en fonction de la protéinurie et des antécédents de diabète*
*
Diabète : antécédents médicaux avérés au début de l’étude; protéinurie : évaluée par bandelette réactive au début de l’étude.
 

INSPRA

Placebo

Protéinurie sans diabète

16,1 %

10,8 %

Diabète sans protéinurie

18,0 %

12,9 %

Protéinurie et diabète

26,0 %

15,9 %

Ni protéinurie ni diabète

12,8 %

10,3 %

Créatinine – Des augmentations de plus de 44 µmol/L ont été signalées chez 6,5 % des patients sous INSPRA et 4,9 % des patients sous placebo.

Azote uréique sanguin – Dans l’étude EPHESUS, on a constaté une élévation moyenne de 0,17 mmol/L de l’azote uréique sanguin sous INSPRA et une diminution moyenne de 0,31 mmol/L sous placebo. Les taux d’azote uréique sanguin ont augmenté chez 1,6 % et 1,0 % des sujets, respectivement. Ils ont atteint 1,3 fois la limite supérieure de la normale chez 36,0 % et 30,5 % des sujets, respectivement.

Anomalies des résultats d’analyses hématologiques et biologiques lors des essais sur l’hypertension

Potassium : Durant les essais comparatifs combinés, l’hyperkaliémie a été plus fréquente en présence d’une détérioration de la fonction rénale et lors de l’administration concomitante d’autres antihypertenseurs, comme l’illustre le tableau 11 ci-dessous. On souligne que certains des patients qui ont participé à ces essais ont reçu une dose plus élevée que la dose maximale recommandée de 50 mg 2 fois par jour.

Tableau 11. Kaliémie maximale (> 5,5 mmol/L et > 5,9 mmol/L) en fonction de la clairance de la créatinine initiale durant les essais comparatifs combinés sur l’hypertension*
*
On souligne que certains des patients qui ont participé à ces essais ont reçu une dose plus élevée que la dose maximale recommandée de 50 mg 2 fois par jour.

Clairance de la créatinine initiale

Kaliémie maximale (mmol/L)

Placebo, % (nbre de patients)

INSPRA en monothérapie, % (nbre de patients)

Traitement concomitant, % (nbre de patients)

< 50 mL/min

> 5,5

0 (0/6)

18,2 (6/33)

33,3 (3/9)

> 5,9

0 (0/6)

6,1 (2/33)

11,1 (1/24)

50-70 mL/min

> 5,5

0 (0/35)

7,5 (12/160)

17,2 (15/87)

> 5,9

0 (0/35)

2,5 (4/160)

4,6 (4/87)

> 70-100 mL/min

> 5,5

2,5 (3/121)

5,0 (31/624)

12,1 (33/272)

> 5,9

1,7 (2/121)

1,1 (7/624)

2,6 (7/272)

> 100 mL/min

> 5,5

0,8 (2/252)

2,7 (27/1014)

3,9 (22/563)

> 5,9

0,4 (1/252)

0,7 (7/1014)

1,2 (7/563)

Sodium : Une hyponatrémie (< 135 mmol/L) a été signalée chez 0 % des patients sous placebo, chez 0 % de ceux sous INSPRA à 25 mg/jour, chez 0,7 % de ceux sous INSPRA à 50 mg/jour et chez 2,1 % de ceux sous INSPRA à 100 mg/jour.

Triglycérides : Une augmentation du taux de triglycérides (> 2,83 mmol/L) a été observée chez 6,5 % des patients sous placebo, chez 9,2 % de ceux sous INSPRA à 25 mg/jour, chez 6,0 % de ceux sous INSPRA à 50 mg/jour et chez 7,8 % de ceux sous INSPRA à 100 mg/jour.

Cholestérol : Une augmentation du cholestérol sérique supérieure à 5,17 mmol/L a été observée chez 0 % des patients sous placebo, chez 0 % de ceux sous INSPRA à 25 mg/jour, chez 1,7 % de ceux sous INSPRA à 50 mg/jour et chez 1,3 % de ceux sous INSPRA à 100 mg/jour.

Effets indésirables peu courants du médicament observés au cours des essais cliniques

Étude EMPHASIS-HF : insuffisance cardiaque chronique de classe II de la NYHA

Tableau 12. Effets indésirables survenus chez < 2 %* des sujets sous INSPRA et plus fréquemment que dans le groupe placebo dans l’étude EMPHASIS-HF
*
fréquent : > 1 % et < 2 %; peu fréquent : > 0,1 % et ≤ 1 %

Troubles des systèmes hématopoïétique et lymphatique

Peu fréquent : thrombocytopénie

Troubles cardiaques

Fréquent : bradycardie

Peu fréquents : infarctus du myocarde aigu, asthme cardiaque, choc cardiogénique, trouble cardiovasculaire, cardiomyopathie congestive, maladie coronarienne, extrasystoles, insuffisance mitrale, tachycardie sinusale, tachycardie supraventriculaire, tachycardie, arythmie ventriculaire, fibrillation auriculaire

Troubles oculaires

Peu fréquents : hémorragie des conjonctives, glaucome, vision trouble

Troubles gastro-intestinaux

Fréquents : dyspepsie, gastrite

Peu fréquents : douleur épigastrique, fissure anale, ascite, duodénite, hémorroïdes, hernie inguinale, mal de dents

Troubles généraux et anomalies au point d’administration

Peu fréquents : syndrome grippal, malaise, douleur

Troubles du système immunitaire

Peu fréquent : hypersensibilité

Infections et infestations

Fréquents : gastroentérite, grippe

Peu fréquents : cellulite, gangrène, gastroentérite virale, infection du tube digestif, zona, infection du site d’implant, infection localisée, infection pulmonaire, pharyngite, pyélonéphrite, sinusite, abcès dentaire, infection dentaire, infection virale

Lésion, intoxication et complications liées à une intervention

Fréquent : chute

Peu fréquents : lacération, entorse, fracture du radius, accident de la route, fracture d’un membre supérieur

Anomalies des épreuves de laboratoire

Fréquents : hausse de la créatinine, hausse du taux d’azote uréique sanguin

Peu fréquents : hausse du taux d’alanine-aminotransférase, hausse de la glycémie, hausse de la kaliémie, hausse du taux d’acide urique, récepteur du facteur de croissance épidermique, baisse du taux de filtration glomérulaire, baisse de l’hémoglobine, hausse du taux d’enzymes hépatiques, augmentation du rapport international normalisé, anomalie des résultats des épreuves de la fonction hépatique, perte pondérale, gain pondéral

Troubles métaboliques et nutritionnels

Fréquent : déshydratation

Peu fréquents : perte d’appétit, dyslipidémie, hyponatrémie, hypovolémie, carence en fer

Troubles de l’appareil locomoteur et du tissu conjonctif

Fréquents : arthralgie, spasmes musculaires, arthrose

Peu fréquents : bursite, faiblesse musculaire, douleur thoracique de nature ostéomusculaire, douleur ostéomusculaire, ostéite, ostéochondrose, ostéoporose

Néoplasmes bénins, malins ou non spécifiés

Peu fréquents : cancer bronchique, néoplasme du côlon, néoplasme pulmonaire

Troubles du système nerveux

Peu fréquents : sténose de la carotide, syndrome du canal carpien, démence, neuropathie diabétique, étourdissements orthostatiques, dysarthrie, hypoesthésie, névralgie, neuropathie périphérique, paresthésie, polyneuropathie

Troubles psychiatriques

Peu fréquents : anxiété, humeur dépressive

Troubles rénaux et urinaires

Peu fréquents : nycturie, pollakiurie, insuffisance rénale chronique, rétention urinaire

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Peu fréquents : œdème pulmonaire aigu, hémoptysie, trouble pulmonaire, congestion nasale, pneumothorax, toux productive

Troubles de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquents : dermatite allergique, psoriasis, éruption cutanée, lésion cutanée

Interventions chirurgicales et médicales

Peu fréquents : remplacement de stimulateur cardiaque, prophylaxie

Troubles vasculaires

Peu fréquents : nécrose des extrémités, claudication intermittente, froideur des extrémités, phlébite

Tableau 13. Effets indésirables survenus chez < 2 %* des sujets sous INSPRA et plus fréquemment que dans le groupe placebo dans l’étude EPHESUS
*
fréquent : > 1 % et < 2 %; peu fréquent : > 0,1 % et ≤ 1 %

Anomalies au point d’administration

Peu fréquent : réaction au point d’injection

Troubles du système nerveux autonome

Peu fréquents : hypotension orthostatique, présyncope

Corps entier – Affections générales

Fréquents : symptômes pseudo-grippaux, vertige

Peu fréquents : frissons, kyste (sans autre indication), œdème, œdème généralisé, œdème de la face, bouffées de chaleur, anomalies des résultats des épreuves de laboratoire, malaise, douleur, douleur au point d’incision chirurgicale, soins de répit, infection de plaie sternale

Troubles cardiovasculaires généraux

Peu fréquents : collapsus cardiovasculaire, thrombus intra-cardiaque

Troubles des systèmes nerveux central et périphérique

Fréquent : crampes aux jambes

Peu fréquents : aphasie, ataxie, démence, dysphonie, encéphalopathie, hémiparésie, hypotonie, paresthésie, tremblements

Troubles chez la femme

Peu fréquents : néoplasme mammaire, néoplasme mammaire malin, leucorrhée, mastite aiguë, trouble menstruel, trouble utérin (sans autre indication), vaginite, vaginite atrophique

Troubles chez l’homme

Peu fréquents : hyperplasie bénigne de la prostate, impuissance

Troubles endocriniens

Peu fréquents : hyperthyroïdie, hypothyroïdie

Troubles gastro-intestinaux

Fréquent : gastrite

Peu fréquents : distension abdominale, appendicite, ulcère duodénal, duodénite, dysphagie, flatulence, ulcère gastrique, gastroentérite, reflux gastro-œsophagien, hématémèse, hémorragie rectale, hémorroïdes, hernie, hernie hiatale, pancréatite, ulcère gastroduodénal

Troubles auditifs et vestibulaires

Peu fréquents : otalgie, acouphènes

Troubles de la fréquence ou du rythme cardiaque

Fréquents : arythmie auriculaire, fibrillation ventriculaire, palpitations

Peu fréquents : bloc auriculo-ventriculaire, tachycardie, tachycardie supraventriculaire

Troubles hépatiques et biliaires

Peu fréquents : douleur biliaire, cholécystite, cholélithiase, ictère, stéatose du foie

Troubles métaboliques et nutritionnels

Peu fréquents : acidose, déshydratation, hypertriglycéridémie, hypoprotéinémie, cétose, perte pondérale

Troubles de l’appareil locomoteur

Fréquent : fracture accidentelle

Peu fréquents : arthrose, ostéoporose, tendinite

Troubles du myo-, de l’endo- et du péricarde et troubles valvulaires

Fréquent : ischémie myocardique

Peu fréquents : cardiomyopathie, épanchement péricardique

Néoplasmes

Peu fréquents : néoplasme gastro-intestinal malin, néoplasme, cancer du poumon

Troubles plaquettaires, hémostatiques ou de la coagulation

Peu fréquents : ecchymose, diminution du temps de prothrombine, thrombose artérielle de la jambe

Troubles psychiatriques

Peu fréquents : apathie, névrose, anomalie de la pensée

Troubles des mécanismes de résistance

Peu fréquents : zona, infection, infection virale, candidose, candidose génitale, otite moyenne, sepsie

Troubles de l’appareil respiratoire

Peu fréquents : murmures vésiculaires anormaux, atélectasie, hyperventilation, laryngite, pharyngite, arrêt respiratoire, trouble respiratoire, insuffisance respiratoire, rhinite, sinusite, augmentation des expectorations

Troubles de la peau et des annexes cutanées

Fréquent : prurit

Peu fréquents : alopécie, œdème angioneurotique, dermatite, inflammation, éruption cutanée maculopapuleuse, peau sèche, diaphorèse, urticaire

Autres troubles sensoriels

Peu fréquent : dysgueusie

Troubles urinaires

Fréquent : albuminurie, hausse du taux d’azote uréique sanguin

Peu fréquents : cancer de la vessie, hydronéphrose, fréquence mictionnelle, nycturie, polyurie, pyélonéphrite, calculs rénaux, kyste rénal, incontinence urinaire, rétention urinaire

Troubles vasculaires (autres que cardiaques)

Peu fréquents : hémorragie cérébrale, claudication intermittente, gangrène, ischémie périphérique, artériopathie périphérique, phlébite, thrombophlébite, varices

Troubles de la vision

Peu fréquents : diplopie, trouble rétinien

Troubles des globules blancs et du système réticulo-endothélial

Peu fréquents : éosinophilie, leucocytose, leucopénie, lymphadénopathie, lymphocytose

Essais sur l’hypertension : données groupées des essais comparatifs avec placebo et dose fixe sur l’administration d’INSPRA chez des patients hypertendus

Tableau 14. Effets indésirables observés chez < 1 % des sujets sous INSPRA et à une fréquence plus grande que chez les sujets sous placebo lors des essais comparatifs avec placebo et dose fixe

Réaction au point d’administration

Cellulite

Système nerveux autonome

Syncope, glaucome, sécheresse buccale

Organisme entier – troubles d’ordre général

Allergie, frissons, résultats anormaux aux épreuves de laboratoire, douleur

Troubles cardiovasculaires

Angine de poitrine, résultats anormaux à l’ECG, infarctus du myocarde, arythmie (auriculaire et ventriculaire), fibrillation auriculaire

Troubles des systèmes nerveux central et périphérique

Crampes dans les jambes, migraine, névralgie, paresthésie, scotomes, vertiges

Troubles du collagène

Polyarthrite rhumatoïde

Troubles touchant les femmes

Troubles menstruels

Troubles touchant les hommes

Baisse de la libido

Troubles endocriniens

Sialadénite

Troubles gastro-intestinaux

Diverticulite, œsophagite, reflux gastro-œsophagien, infection à H. pylori , hémorroïdes, douleur buccale, stomatite, vomissements

Troubles auditifs et vestibulaires

Trouble de l’équilibre, acouphènes

Troubles métaboliques et nutritionnels

Goutte, hypercalcémie, hyperchlorémie

Troubles de l’appareil locomoteur

Arthrite, myalgie

Troubles plaquettaires, hémostatiques ou de la coagulation

Diminution du temps de prothrombine, thrombocytopénie

Troubles psychiatriques

Agitation, confusion, dépression, anxiété

Troubles des globules rouges

Anémie, hyperhémoglobinémie

Troubles des mécanismes de résistance

Zona, infection bactérienne, candidose génitale, otite moyenne, sepsie

Troubles du système respiratoire

Bronchospasme, laryngite, rhinite, augmentation des expectorations

Troubles de la peau et des annexes

Eczéma, trouble unguéal, éruption maculopapuleuse

Troubles de l’appareil urinaire

Hausse de l’azote uréique sanguin, cystite, hématurie, oligurie, anomalie de la fonction rénale, douleur rénale, anomalies des urines, fréquence des mictions

Troubles de la vision

Vision trouble, anomalie de la vue

Troubles des globules blancs et du système réticulo-endothélial

Éosinophilie, granulocytose, leucopénie, monocytose

Nouveautés

Il n'y a aucune nouveauté actuellement

Communiquer avec l'Information pharmaceutique de Pfizer

Signalez un effet indésirable
1 866 723-7111